Interview Mr Aazam « La Couronne – Nyon »

-Introduction : Bonjour Mr Aazam, merci d’avoir accepté cette rencontre au sein de ce magnifique fumoir. Vous êtes à la tête d’une affaire familiale qui se situe à Nyon « La Couronne » qui fête ses 40 ans cette année, vous avez aussi contribué en 2012 avec une bande d’amis à ce magnifique ouvrage qu’est ce livre « CIGARE », vous gérez à vous seul plusieurs boutiques de vente en ligne dédiées au cigare, je pense notamment à « Casa del Puro et Mister Cigare » et bien d’autres encore. Une simple question pour démarrer cette entrevue.

IMG_0811

Mr Alexis Aazam

Edmond ) Qui êtes-vous Mr Aazam ? ( petite biographie sur ta famille sur les origines des Aazam jusqu’à Nyon)

Alexis ) Mon nom de famille est : Zanganeh, « Aazam », est un titre honorifique Persan, décerné exclusivement et très rarement par le  Roi de Perse, dans l’antiquité.

Ma famille est originaire du Nord – Ouest de L’Iran. La ville de Kermânchâh est notre fief historique. Notre histoire familiale remonte à plus de 500 ans avant JC, dans ce pays que l’on nommais La Perse ( Iran moderne). Notre famille est intimement liée à l’Histoire politique, militaire, économique et artistique  de ce pays, et ceci depuis des siècles.

La Ville de Kermânchâh, sous l’impulsion du Roi de Perse, sera développée par mon arrière – arrière – arrière – arrière – arrière- ……. Grand-père :  Sheikh Ali Khan Zanganeh (1669) fils de Shahrokh Sultan Zanganeh, Grand Vizir (premier Ministre), Trésorier de la cour Royale de Perse et Régent du Roi Safavid Suleiman I er

Le livre du Dr. Sohrab Aazam Zanganeh explique de façon détaillée l’histoire de notre Dynastie dans la perse Antique ainsi que dans l’Iran moderne. Il mentionne l’origine du Titre *Aazam* associé à notre nom de famille Zanganeh, Aazam qui signifie en persan ; « Le Grand » ; titre Royal honorifique accordé par le Roi de la Dynastie Qadjar.  Ci – dessous le symbole identifiant ce titre.

Ma famille ayant décidé de vivre une partie de l’année en Suisse, nous avons élu domicile dans le Canton de Vaud. C’est à cette période que mon père se mis à développer ses affaires dans ce beau pays.

Dans ses affaires ma mère était toujours très présente, de bons conseils, pragmatique et rigoureuse.

Ainsi en 1988 mon père acquis La Couronne SA. à Nyon, ville située au bord du lac Léman, une magnifique ville à 15 minutes de Genève. Ma mère Hélène, très vite, se pris de passion pour le cigare et à cette époque, il était très rare de voir une femme déguster des puros cubains. Voilà comment l’histoire de notre famille vient à la rencontre de La Couronne .

Couper

 » Livre cigare « 

Les auteurs ( Aazam Alexis, Engelberts Patrice, Davidh, Steiner Davolo, Walerstein Ximena, Jeanne Philippe )

Edmond ) Une histoire séculaire digne des contes des Milles et une nuits ! Je sens beaucoup de fierté à cette héritage familial. 

Alexis ) En effet, comment ne pas l’être ! dans une époque ou une grande partie des histoires sont inventées de toutes pièces et ou la notion de durée est devenue complètement obsolète, et  pour reprendre la citation de Otto Von Habsbourg : « Celui qui ne sait pas d’où il vient ne peut savoir où il va car il ne sait pas où il est », je suis le récipiendaire d’une histoire, d’une culture,  d’une éducation, de valeurs héritées de longue date, et c’est plutôt cela qui m’intéresse dans mon présent ainsi que pour mon avenir et celui de ma famille et celui de mes proches. Chacun d’entre nous a cette empreinte familiale, quelles qu’elles soient soit et d’où qu’elles viennent, ce qui est important selon moi, c’est d’en être conscient, complètement imprégné, l’avoir intégrée et la faire évoluer vers l’avenir, vers la lumière.

Edmond )  D’où vient ce nom « La Couronne », est-ce que la boutique portait déjà ce nom ?

Alexis ) En effet l’adresse, Rue de Rive 34, à Nyon, ou se trouve notre Boutique de cigares accueillait un relais de diligence dans les années 1750, et cette maison se nommais déjà : « La Couronne ». d’ailleurs si vous y faites attention, en levant la tête, vous verrez sous son toit, une couronne réalisée en fer forgé et peinte à la main, par un artiste de cette époque commandée expressément par le propriétaire.

Depuis des décennies, ce lieu accueil une boutique de cigares ; La Couronne SA , Cave à cigares. 

Couper_2

Humidor « La Couronne »

Edmond ) Si je comprends bien, la passion du cigare vous a été transmise très tôt par votre maman ! Quel âge aviez vous à l’époque ?

Alexis ) Je dois dire que jusqu’à l’âge de 18 ans je n’ai jamais consommé de tabac, sous quelque forme que se soit. Jamais fumé une cigarette, rien. Mais un jour, ma mère a insisté à ce que je participe à une soirée de dégustation de cigares organisée par ses soins, j’ai accepté, cela m’intriguait, mais pour moi il était absolument exclu que je travaille dans le milieu du tabac, je me destinais à être psychologue, et plutôt dans la recherche. Mais cette soirée m’a bluffée, et j’ai dégusté deux cigares ce soir – là , un punch de punch en cabinet de 50 cig et un Hoyo double corona. Pas mal pour une première. Et je dois dire que cela m’a beaucoup plus, pas uniquement les cigares, mais aussi l’atmosphère, les gens, les discussions, l’ambiance. 

Edmond ) Etiez- vous destiné à reprendre le flambeau de l’affaire de vos parents, une suite logique ou pas ?  

Alexis ) Pas du tout ! comme je vous l’ai dit, je me destinais à une carrière académique en psychologie, mais le Hasard de la vie à fait que mes choix ont dû à une certaine époque de ma vie, être concentrés sur l’affaire familiale. Etant fils unique, le choix n’en n’était pas vraiment un, mais, j’ai assumé ce que l’on me demandait, j’ai mis en stand-by mes projets professionnels et je me suis investi à 200% dans cette affaire, j’avais 22 ans.

Edmond ) 22 ans , c’est très jeune pour assumer les responsabilités liées à un commerce !    

Alexis ) Cela dépend de la personne, de son éducation, de son parcours de vie, de son envie, de sa maturité, des différents éléments qui font que l’on est prêt ou pas, que l’on peut voir dans ce qui se présente, une opportunité d’évoluer et d’apprendre ou de le percevoir comme un non-choix, un mur infranchissable, une fatalité. Je ne crois pas a la fatalité. Comme je vous l’ai dit, je crois à ce que l’on est au moment où on le vit et le seul moyen de savoir qui l’on est, c’est l’éducation, apprendre et comprendre sa propre histoire, celle de sa famille, et se construire avec son environnement au quotidien, bon ou mauvais, d’ailleurs ces deux derniers mots ne signifient rien en tant que tel, c’est une grande partie de la perception mentale de ce que l’on vit au moment où on le vit.

Donc, l’âge n’y est pas forcément pour grand-chose.

Edmond ) A propos du cigare, comment percevez-vous ses évolutions depuis plus de 20 ans ? Est-ce que les choses ont fondamentalement changé ?  

Alexis ) En 20 ans, beaucoup de choses ont changé dans le monde du cigare. Tout dépend à quel niveau on se place. Si on parle du cigare à proprement parler, des clients, de l’évolution des marques, de l’évolution de la consommation mondiale, de l’évolution de entreprises actives dans ce métier, l’entrée des nouveaux acteurs dans ce que l’on a appelé la mondialisation, la question est vaste ! le cigare lui-même, n’as pas beaucoup changé, je parle de sa fabrication artisanale, les différentes méthodes de fabrication, … cela reste comme cela a toujours été. Et je pense que c’est bien que cela le reste, c’est ce qui en fait un produit unique, fait  de main d’homme véhiculant une tradition et des savoir-faire uniques. 

Edmond ) La législation sur le commerce lié au tabac en Suisse est unique et la plus souple d’Europe, le confirmez-vous ?

Alexis ) La Suisse est un pays « libéral » en terme d’économie et les règles commerciales y sont pour le développement d’un tissus fort, compétitif, dynamique, adaptatif, et je pense que c’est impératif pour la Suisse, petit pays, au centre de l’Europe. Cela est vrai pour le commerce du tabac aussi. 

Edmond ) Cette singularité helvétique a-t-elle des conséquences sur votre travail de tous les jours ? ( exemple: le prix des cigares n’est pas fixé par l’Etat fédéral )     

Alexis ) En effet, le système est fait de tel sorte que  l’importateur fixe le prix de vente au détail ( au consommateur) , l’ importateur, en fonction de ce prix de vente payera à l’importation ; la TVA, l’impôts sur le tabac et sur le poids , ceci en corrélation avec le prix de vente. Il doit en outre tenir compte des différentes marges en vigueur des acteurs de la vente de cigares dans notre pays.  Néanmoins, le prix de vente au consommateur est indicatif, ou, conseillé ( par l’importateur), le vendeur final est libre de fixer le prix qu’il estime sur le produit à la vente, c’est la loi de l’offre et de la demande ainsi on laisse au marché le soins de s’autoréguler et faire apparaitre un prix médian, ou un prix « trade ».

Le prix « trade » est soumis à de très fortes pression depuis quelques années en Suisse, moins de 10 ans. Il y a du bon et du moins bon dans ce système. L’idée de toute façon est que le consommateur paie moins cher le produit désiré du moment qu’il y a plus de concurrence et surtout que celle-ci soit possible et encouragée par le système de libre concurrence mis en place par l’Etat. Une partie de l’équation est : quel est le rapport :  Qualité/Prix, et, étant donné que nous sommes dans le segment « luxe », le service ( au sens large) fait aussi partie de cette équation en corrélation avec l’offre et la demande.

De plus, sur certains produits, notamment les cigares cubains, Il faut tenir compte de la traçabilité, de l’authenticité, de la qualité de conservation tout au long de la chaine logistique de cuba jusqu’à  la boutique en Suisse. C’est un paramètre extrêmement important, pour la fixation du prix, pour le consommateur et pour le vendeur.

Je suis un entrepreneur et un chef d’entreprise, je suis donc pour un état libéral. Il n’y a pas de bon système économique en soit, il y en a un seul qui fonctionne depuis des décennies et tous les autres ont été des fiasco monumentaux. Il est pourtant probable que le système libéral que l’on connait aujourd’hui, dans sa forme la plus dure, soit un vrai poison pour notre économie mondiale, pour la planète, l’écologie, et j’irai plus loin, pour la santé mentale des gens. La Suisse fait partie intégrante de ce système, et le cigare est très bien positionné dans notre pays pour la consommation nationale mais aussi en terme de compétitivité à l’international.

Couper_3

Extrait « Livre cigare »

Edmond ) La Suisse est un peu considérée comme la Mecque du cigare, les civettes exclusives sur ce marché foisonnent et semblent prospérer. Alors qu’un peu partout en Europe, le tabac devient irrémédiablement prohibé un peu plus chaque année ! Par contre ici, il n’en est rien !

Est-ce encore une fois lié à cet état libéral ?   

Alexis ) la Suisse pour des raisons historiques ,  développement de la marque Davidoff, je ne reviens pas sur ce point, vous en aviez déjà très bien parlé dans un article de votre blog, mais aussi la maison Gérard, à Genève, et de grandes maisons de cigares en Suisse Allemande , ainsi que des importateurs dynamiques, solides financièrement, professionnels, proposant des marques de cigares premium dans les principaux terroirs , Cuba, République Dominicaine, Nicaragua, Honduras, ont contribué de façon significative à la réputation de la place Helvétique. Il faut noter que la Suisse est le pays au monde, par tête d’habitant, qui concentre probablement le plus de boutiques de cigares spécialisées sur son territoire, et que le niveau de conservation, de savoir faire et de présentation y est très élevé. Je peux vous en parler, car j’ai importé des marques de cigares au niveau national durant une dizaine d’années. Je peux donc vous affirmer que tous ces facteurs ont fait que les clients sont choyés, « éduqués » au goût, et qu’ils ont la possibilité de trouver des cigares de bonne qualité, à des prix très compétitifs notamment dûs à un taux de TVA parmi les plus faible au monde, et des taxes sur le cigares premium relativement raisonnables. Il faut avouer que partout dans le monde, le cigare, bénéficie d’une image épicurienne, malgré le lobby anti-tabac international, le cigare reste pour beaucoup de personnes qui ne dégustent pas le cigare un produit occasionnel lié à la notion de plaisir de la table, entre autres. Cette image, a évolué grandement durant les 25 dernières années, beaucoup l’appelle la « démocratisation de l’image du cigare », point de vue que je partage également. Si l’on parle maintenant de l’importance du marché intérieur du cigare en terme de chiffre, la Suisse est encore très, très, très loin de marchés comme ; les USA, l’Allemagne, la France, L’Espagne, la Chine, …. Et Cuba ! En ce qui concerne l’Europe, le tabac n’y a vraiment pas bonne presse, sous quelques formes que ce soit, les taxes y sont assez élevées, le réseau de vente moins dense qu’en Suisse et des lois très restrictives. Les pays les plus « durs » pour le tabac, sont les pays d’Asie, du Middle East, Canada, Australie, ou les taxes sont extrêmement élevées. Donc, en terme d’image, la Suisse est toujours et sera encore très longtemps un pays important pour les fabricants de cigares, pour les tests de distribution de certaines marques, et pour les voyageurs du monde entier qui viennent réaliser des affaires, et visiter ce beau pays.   

photos souvenir 026

Alejandro Robaina/ Alexis Aazam/ Hirochi Robaina

Edmond ) Mr Aazam, après toutes ces années dans ce milieu, la passion du cigare continue t- elle à vous faire vibrer comme au premier jour où vous avez dégusté ce Punch Punch et cet Hoyo de Monterey ? Aucune lassitude ou d’usure ?

Alexis ) Ma passion du cigare est encore plus forte qu’à mes débuts ! Evidemment, lorsque vous commencez un métier, vous avez tout à apprendre, et l’excitation est immense, aussi bien intellectuelle, émotionnelle, physique. Le cigare et l’univers qui le constitue ainsi que ce qu’il véhicule, sont uniques ! j’ai touché à la vente, à l’importation, la distribution, la fabrication, au trading, au développement de différentes marques sur le territoire national, comme dans d’autres pays, j’ai été consultant pour des entreprises désirant s’implanter dans des pays cibles, j’ai créé des amitiés de part le monde grâce au cigare et au tabac, j’ai voyagé dans plus de 30 pays uniquement pour le cigare, j’ai pu échanger avec les tabaceros, les master blender, les torcedores, les designers, les fabricants de boites, les fournisseurs de tout poils, les architectes des tabacaleras de tabac, les fabricants de bagues de cigares, les distributeurs, ……  à chaque fois j’étais fasciné par leur métier, leurs problématiques particulières, en essayant de comprendre le « grand tout » après avoir mis bout à bout chacun de ces métiers pour aboutir au résultat final, une boite de cigare dans un bel humidor aux quatre coins de la planète.  Chaque détail compte, chacun à son rôle à jouer afin que la partition soit la plus belle possible, la plus efficace, la plus originale, la plus novatrice, la plus enchanteresse, pour que, à la fin…..l’amateur qui allumera son cigare y trouve le plaisir recherché, qu’il soit surpris,  que son âme et ses sens soient en éveil, le temps d’un instant, et que tout ce travail, ce parcours de milliers de kilomètres, ayant nécessité des soins si précieux et méticuleux , finisse par se consumer et se réduire en une cendre !

Ceci peut être une belle métaphore pour laquelle je vous laisse le soins d’associer librement !

Ce que je peux affirmer, c’est qu’à aucun moment de ma vie, aussi tôt que je me souvienne, je n’ai fait de compromis sur la nécessaire passion qui m’habitait à réaliser une vie remplie, à ma mesure (1.73 M J), avec mes ambitions, mon amour de la vie et des autres, mon envie de partage, et mon immense besoin d’apprendre.

Ce que je peux aussi affirmer, c’est qu’a ce jour, je ne suis pas déçu ! j’ai pu rencontrer des personnes fantastiques, grâce à mon métier, des individus hors normes, qui pensent et voient, loin, très loin ! Des personnes, qui bousculent les règles établies et les connaissent parfaitement, qui les respectent et qui, de ce fait peuvent en parfaite intelligence inventer de nouveaux univers ! j’ai aussi rencontrés des individus noirs, malfaisants, ceux-ci ne sont jamais hideux ou insipides, ils sont bien souvent très cordiaux, flamboyants, presque gentils. Ceux-ci je les repère de plus en plus en rapidement et je m’en éloigne tout aussi rapidement. Mais heureusement, ils sont une minorité.

Dans les projets réalisés, probablement, un de ceux dont je suis le plus fier est une œuvre commune, un vrai partage, d’amitié et de savoir faire et de savoir être qui m’a rarement été donné de vivre, le live « Cigare », est sans conteste un moment très particulier dans ma vie et à coup sûr, dans la vie de mes amis et collaborateurs à cette œuvre. Donc, vous me demandiez si j’étais lassé, usé ?! Non ! j’en veux encore ! mais pour être juste, il faut avouer que certaines questions me fatiguent, pas tant par leur naïveté, mais plutôt par l’attitude de ceux qui les posent. Il est un fait que le monde dans lequel nous vivons va très vite, mais je me pose la question, pour moi, comme pour les autres, il va vite,….. mais pour aller où ?  je pense que le cigare peut amener une réponse. Ce produit est l’anti thèse de ce modèle. Il est lent à fabriquer, produit de main d’homme du début à la fin, lent à vieillir, lent à déguster, demande de la subtilité pour l’aborder, de l’abnégation pour le comprendre, et de l’amour pour le conseiller et le vendre. …. ! pour moi il est une source d’inspiration, et je ne suis pas le seul à le penser. Beaucoup de clients, amis, connaissances, fabricants, en parlent, avec d’autres mots, mais en conclusion, nous approchons tous avec les mêmes qualificatifs et les mêmes critères spécifiques donnant au cigare un statut particulier dans le monde actuel, et, à mon sens, c’est une force immense et un gage positif pour l’avenir de cette profession et tout ce que cela comporte d’intervenants. Alors bien sûr, on me dira, les multinationales du tabac sont de plus en plus en phase d’acquisition, y compris celui du cigare premium, il y aura moins de diversité, moins d’acteurs, etc…. c’est un fait, mais, il y a toujours de grandes familles du cigares qui sont là et veillent au grain, travaillent de plus en plus main dans la main et se réinventent plus rapidement que ces grands groupes, sont plus innovantes, plus proches des gens et du terroir, et les petites pousses sont très prometteuses, internet est un grand défi pour notre profession, comme pour tous les métiers somme toute, mais c’est aussi une formidable vitrine de communication en direct, très réactive, avec des possibilités immenses de sociabilité et de rapprochement entre les acteurs – producteurs de cigares et leur public. D’ailleurs, un mouvement très intéressant c’est immiscer sur le web ; Carlito Fuente, Ernesto Peres Carillo, Padron, Davidoff avec la Davidoff Accademy, Lito Gomes, Pepin Garcia, et évidemment Habanos, les clubs cigares du monde entier, les bloggeurs dont vous faites partie cher Edmond, les sites d’information sur le cigare de plus en plus professionnels, tout cela contribue d’une façon ou d’une autre à donner une formidable caisse de résonnance au cigare. Au début, beaucoup de personne dans la vente de cigares ont regardé cette évolution avec méfiance et probablement avec peur, mais je crois au contraire que cela porte le produit en terme de communication et d’image, beaucoup plus loin qu’il ne l’a jamais été, de façon plus rapide, et depuis quelque temps, de manière beaucoup plus qualitative. J’entends par là que les informations sont de meilleures qualités, et ce mouvement n’est qu’au début de son évolution à mon avis, car les producteurs et les acteurs légitimes de cette industrie, communiquent désormais sur ces canaux, ce qui, assez rapidement, éloignera les opportunistes de tous poils, les « docteurs » en cigare, et autres amateurs en manque de notoriété. Ce fait est le fruit de deux facteurs déterminant : premièrement, les producteurs ont dû se forcer à communiquer autrement, le canal du retail n’étant plus le seul et unique canal, la pub par magazine est devenue en grande partie digitale, et le terrain digital déblayé par les internautes de tous les pays à su créer une attention auprès du public qui a suscité l’attention de ces acteurs majeur du cigare premium. Un des leader charismatique de cette tendance est le fameux producteur Carlos Jr Carlito Fuente . il suffit de regarder l’interview de Carlito au Nicaragua, à Esteli, dans ce qui sera sa nouvelle fabrique de cigares, pour s’en convaincre. Vous pouvez aussi suivre Nic Perdomo, … et tellement d’autres… !

C’est pour moi une excellente nouvelle pour notre industrie, qui est en changement rapide de modèle économique. Donc, encore une fois, non je ne suis pas usé, car je sais que les meilleurs vont encore changer les règles et pousser les limites, des nouveaux venus vont faire leur apparition et avoir du succès, ce qui est vital pour tout commerce, toute industrie et cela me fait me lever tous les matins pour pouvoir observer ce changement et peut être y participer.

Edmond ) Je sens dans vos propos que la famille « Fuente » est chère à votre cœur, n’est-ce pas ?

Alexis ) La Famille Fuente tient une place particulière dans ma vie, dans mon cœur et dans mon travail, au même titre que la famille Meerapfel. Ce sont des personnes qui ont une Histoire , avec un grand H, dans le monde du tabac. J’ai beaucoup de respect pour la transmission des valeurs, du savoir – faire, de passage de témoin, d’une génération à une autre, l’amour du travail bien fait, la parole donnée, l’honneur, bref des termes et des notions complètement désuètes de nos jours, mais pour certaines personnes, ces notions ne sont pas que des mots, c’est un état d’esprit, un savoir être, sans cela ils ne seraient pas où ils sont aujourd’hui, c’est dans leur éducation, presque dans leur ADN. Ces familles portent ces valeurs très profondément en elles, de génération en génération, et cela me correspond….. C’est une des milliers de raisons pour lesquelles ces familles sont chères à mon cœur.

ALEX ET CARLOS CIGARES

Alexis Aazam & Carlos Fuente

Edmond ) Justement, y a-t-il un cigare « Fuente »  ou autre qui a marqué récemment vos papilles ?

Alexis ) The Eye of the Shark ! Seleccion Don Carlos. Un cigare dédié à son père Carlos Senior Fuente, « Don Carlos », comme le nomme les personnes de son entourage et ses amis. C’est un cigare époustouflant !

Il y a tout !!! La subtilité, la finesse, la richesse, l’évolution, la consistance, …. Ce cigare m’a procuré une grande émotion à chaque fois que je l’ai dégusté. Je n’ai pas pu m’empêcher de féliciter Carlito Fuente pour ce magnifique cigare, je devais le lui dire ! j’ai appeler aussi certaines personnes de son entourage qui ont contribué ce prodigieux cigare. J’en ai dégusté 2 boites en une semaine et demi, c’est dire !

C’est une des raison pour lesquelles je fais ce métier, avoir la chance de pouvoir défendre un produit tel que celui – ci, le faire partager à mes clients et percevoir en eux l’allégresse, le plaisir qu’ils ont pu y trouver lors de leur dégustation à la maison ou avec leurs amis. Le cigare, c’est aussi la transmission, de la joie, de l’amitié, de la passion ! c’est aussi cela qui constitue le cœur de notre métier et qui nous fait nous lever chaque matin avec une belle énergie.

Cela dit, il y  a aussi d’autres cigares qui m’ont particulièrement réjouis, le Cohiba Talisman EL 2017, des Davidoff période Cubaine, des Dunhill Cubain, les Davidoff Nicaragua, les Lito Gomes Série Oscuro, les Fuente série Cubano , hemingway, Opus X, Opus X 20 years Anniversary, sans oublier Padron Anniversaire 1964 Impériales, des très bon Partagas Lusitania en Cabinet de 50 cigares, les Sir Winston Churchill Gran Reserva de H. Upmann, le Davidoff Oro Blanco, et ….. les Couronne Magnum AA, aussi, je dois dire sans vouloir en faire des tonnes, je les trouvent vraiment top. Bref il y a tout de même beaucoup de cigares de très bonne qualité, mais il y en a peu à mon avis qui vous donnent le petit plus de magie. Ceci est probablement du au fait aussi, que je goûte énormément, et que je suis probablement plus exigeant que la plupart du commun des mortels. C’est mon métier ! il faut aussi insister sur le fait que le cigare est intimement lié au moment ou vous le dégustez, à l’atmosphère dans laquelle se passe la dégustation, l’état émotionnel dans lequel vous vous trouvez, et point crucial, il faut impérativement que le cigare soit de parfaite conservation et constitution, sans quoi nous parlons pour ne rien dire ! tous ces paramètres doivent être réunis afin de pouvoir dire quelque chose sur le produit, si ce n’est pas le cas, alors, on déguste sans vraiment savoir, ou, sans vraiment donner les moyens au produits de se donner complètement.     

Couper_4

Extrait  » Livre cigare « 

Edmond ) Mr Aazam, le cigare présente une image fédératrice, voire même romantique et offre parfois de belles amitiés, uniques et sincères. Mais qu’en est-il réellement dans votre profession ? Vous êtes nombreux sur la région Lémanique à vous partager ce marché ! Est-ce que dans le cigare les choses se passent dans le meilleur des mondes,  un monde bien différent à celui d’autres secteurs économiques ? La question d’un idéaliste que je suis…

Alexis ) Si je comprend bien votre question, vous demandez quels sont les rapports entre les différents acteurs de mon métier dans la régions lémanique ou plus généralement en Suisse ? …. Si c’est telle est votre question :

Comme dans tous les secteurs d’activité, il y a des personnes qui ne s’entendent pas, d’autres qui s’apprécient, d’autres qui s’ignorent. Cela n’est en réalité vraiment pas très important, ce qui compte c’est le cigare et ceux qui défendent notre profession, le produit, la qualité, la traçabilité, le professionnalisme de la vente, l’événementiel de qualité autour du cigare. C’est ce qui m’intéresse et c’est, je pense, ce qui intéresse vos lecteurs.

Edmond ) Quelles sont vos ambitions aujourd’hui ? Des projets à venir ?

Alexis ) Des projets, ce n’est pas cela qui manque, c’est le temps !

J’ai une famille, et je prend mon rôle de papa et de mari très au sérieux, et j’essaie d’octroyer le plus de temps possible à ma famille.

La famille, c’est ce qu’il y a de plus précieux ! les amis aussi, j’essaie de prendre du temps pour eux et ils me le rendent bien. Vous savez, à la fin, il ne reste que des cendres, comme pour les cigares, le plus excitant c’est ce qui se passe au début, au milieu et le purin, pour le cigare c’est un moment délicat, ça chauffe et il ne faut pas se bruler les lèvres et le palais. Alors, je vis plus posément, plus tranquillement, avec des projets à ma taille (1.73 m ) J !

Alexis_Aazam_0367-new-1200x800

La passion du cigare

Edmond ) Cette année, vous fêtez les 40 ans de « La Couronne » si mes infos sont exactes ! Avez-vous un souhait pour l’avenir de cette maison ? Comment l’imaginez-vous dans 40 ans ? Où préférez-vous l’instant présent sans tirer de plans sur la comète ?

Alexis ) C’est juste, La Couronne SA, existe depuis 40 ans. 30 ans dans le clan familial, et cela fait 20 ans que j’y travaille à 200% ! un bel événement est prévu pour cette occasion afin de fêter dignement cette date anniversaire afin de remercier nos partenaires, nos clients, et partager ensemble un moment unique.

Mes parents seront présent, mon épouse, mes beaux-parents, mes partenaires ayant travaillé sur le livre « Cigare, mes précieux collaborateurs, bref, ceci dans un cadre majestueux, celui du Golf Imperial à Gland.

Pour la suite de l’entreprise, je ne fais pas de plans sur la comète, je me concentre sur notre travail au quotidien, soigner nos clients, sélectionner les meilleurs cigares cubains provenant de notre partenaire, la société Intertabak AG, continuer à travailler étroitement avec les familles Fuente, Gomes, Carillo, Davidoff , Garcia, les importateurs de cigares non-cubains pour la Suisse.

L’année prochaine, cela fera 10 ans que nous avons créé notre propre ligne de cigares, les fameux Magnum Seleccion Privada ainsi que la ligne ; Gran Réserva de la La Couronne SA. Je suis vraiment très content du résultat, la ligne est très appréciée de nos clients du monde entier, de notre clientèle locale et régionale, vraiment, c’était un sacré challenge que nous avons su relever avec l’exigence que cela nécessite. La liga est stable d’année en année, les cigares sont magnifiques, et leur

Potentiel de vieillissement est très intéressant. J’ai beaucoup de confiance dans cette ligne, qui d’année en année trouve de nouveaux amateurs. Nous avons lancé il y a un peu plus d’une année, une liga supplémentaire, nommée : « Calibre », boite vernie de 10 cigares, en Calibre ; 52, 54, 56. Et la réception de notre clientèle a été au-delà de toutes mes espérances. Il faut, maintenir la qualité, faire connaître nos produits « maison », et cela demande de la patience, du travail, de l’amour et du partage. Pour la suite, j’ai encore quelques projets professionnels, mais, je ne peux pas en dire plus. Vous le saurez bien assez tôt J !

Edmond ) Vos dernières paroles éveillent ma curiosité, j’ai hâte ! Je vous laisse le soin de communiquer en temps voulu sur vos futurs projets.

En tous les cas, ça était un réel plaisir de passer ce moment en votre compagnie tout en dégustant ce cigare, merci aussi pour votre patience et votre amour inconditionnel pour le cigare que vous transmettez depuis 20 ans à vos clients.

Merci Mr Aazam… J

La Couronne SA Cave à cigares

Maître cigarier depuis 1980

Place de Rive, 34

1260 NYON ( Suisse )

+41 22 361 16 53

https://cigarpassion.ch/

info@cigarpassion.com

 

Un commentaire sur “Interview Mr Aazam « La Couronne – Nyon »

Ajouter un commentaire

  1. Interview super intéressante, vraiment une belle découverte de ce M. Aazam, de son parcours et de sa philosophie de vie « désuète » (mais si importante de nos jours), ainsi que du monde du cigare en suisse et dans le monde.

    Personnellement ça me donne envie de faire un tour à La Couronne. Un tour de 480km quand même pour ma part…

Laisser un commentaire

Powered by WordPress.com. Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :