Cohiba Supremos « Edicion Limitada 2014 »

Normal
0

21

false
false
false

FR
X-NONE
X-NONE

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-priority:99;
mso-style-qformat:yes;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin-top:0cm;
mso-para-margin-right:0cm;
mso-para-margin-bottom:10.0pt;
mso-para-margin-left:0cm;
line-height:115%;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:11.0pt;
font-family: »Calibri », »sans-serif »;
mso-ascii-font-family:Calibri;
mso-ascii-theme-font:minor-latin;
mso-fareast-font-family: »Times New Roman »;
mso-fareast-theme-font:minor-fareast;
mso-hansi-font-family:Calibri;
mso-hansi-theme-font:minor-latin;}

Le Cohiba Supremos EL 2014 devient le tout premier cigare en cepo de 58 dans l’histoire du Habano. Ce gros joufflu confirme cet engouement croissant des amateurs pour les modules à l’apparence généreuse et gourmande. Nos panatellas et petits coronas n’ont qu’à bien se tenir, terminé les modules fluets et émaciés appréciés par nos aïeux, la mode est aux cigares ventripotents et bien- portants ! A chacun de les apprécier quand bon leur semble. Comment expliquer ce phénomène, du fumé gros, pas forcément bon ? Le phénomène est apparu avec des cigares provenant du Nicaragua, je me souviens encore des premiers ‘Nub’ réalisés par Sam Leccia, ses fameux modules trapus qui ont ouvert la voie à des centaines de fabriques aux USA. Après plus de 3 ans, Cuba a finalement rejoint cet optimisme pour les gros cepo ! Vous verrez, ce n’est pas terminé le prochain sera surement un cepo de 60 doté d’une longueur Churchillienne. ( à suivre )

Mais quoi qu’il en soit, ce Supremos a vraiment de la gueule, un véritable puro de luxe par définition ! Eh oui, à 50€ pièce, peu n’en verront jamais les effluves bleutés chatoyer au dessus de leur tête et exalter leurs sens, et c’est vraiment fort dommage. Un conseil lors de vos prochains achats, sachez qu’en moyenne  4 Partagas D4 = 1 Supremos !

Pour cette dégustation, c’est à l’abri du soleil et de la bise sous la tonnelle qui me semble le mieux pour prendre le pouls et la température de ce Supremos. Bien attablé, un thé Earl Grey comme rince gosier, pas trop bouillant surtout, il serait dommage d’incendier vos papilles à la première gorgée pas faute d’inattention. Eh oui, ça arrive !

Visuellement, rien de dépréciatif ! La cape est luisante et grasse, légèrement moirée de couleur maduro. Celle-ci présente quelques nervures saillantes provenant d’un défaut de sous-cape. Le remplissage quant à lui est dense, régulier sur toute sa portion. Au toucher, la cape vibre sous les doigts de par son aspect rugueux et sélacien. Un jolie gros robusto qui demande qu’à vous séduire.

Son parfum enchante avec persistance sur des flagrances terreuses de cuir, de fumé et de pain beurré, un ensemble olfactif adipeux qui ravit le nez !! Bref, là où il n’y a point de gras, il n’y a pas de plaisir, cela s’applique aussi au cigare. Je pourrai comparer cette ouverture à l’étal gourmand d’un artisan charcutier du Sud Ouest. Dès les 5 premières minutes après sa mise à feu, je note rien d’irritant et rien d’agressif dans les premières salves de fumée, la sensation est étonnamment très onctueuse pour un démarrage.

Dès le premier temps, les saveurs restent inchangées en offrant une belle présence en bouche très moelleuse et grasse, faite de notes de tourbe, de café  (plutôt léger ), ainsi que quelques accents caramélisés de bière brune comme le ferait par exemple une merveilleuse « Kasteel » de Belgique ! Une très belle entrée en matière, harmonieuse et persistante, vraiment très agréable. Beaucoup de douceur, de rondeur et d’amplitude dans cette intro, dont la consistance moyenne d’environ (2/4) reste toutefois suffisante pour ne pas accabler vos fragiles papilles, mais suffisamment pour vous tenir en éveil et vous captivez pour aborder la seconde partie de l’histoire. Niveau combustion, celle-ci demeure régulière et s’illustre par une cendre lourde, ferme et foncée.

Le 2e temps n’offre pas de grands changements, fort heureusement  l’équilibre des saveurs se  prolonge et s’arrondit avec justesse pour mon plus grand plaisir, me suggérant des notes plus rondes et plus crémeuses de chocolat au lait, de cuir, d’épice, ainsi qu’un souvenir confus de moue de café oublié dans son percolateur. Mais à ce stade de la dégustation, la suavité règne toujours sur un fumage élégant et onctueux, avec une montée progressive de son corps à ( 3/4) à l’approche du 3e temps. Pour l’instant, je ne peux que féliciter la maîtrise de cette liga attribué à ce Cohiba Supremos Edition 2014, je lui trouve d’ailleurs quelques ressemblances avec le Cohiba Genios, cigare que j’affectionne aussi beaucoup.

Pendant à peu près 10 minutes, tout va pour le mieux, l’onctuosité continue d’être appréciable. Après cela, très rapidement le passage sur la dernière partie devient nettement plus frappé d’un coup et plus puissant surtout, plus agressif. On ressent de suite une certaine chaleur dans les saveurs, une sensation plus capiteuse qui se manifeste par  l’arrivée de notes plus lourdes, de café torréfié et de pain brioché carboné, dont l’uppercut âcreté vous assomme d’un trait. Afin de profiter encore quelques minutes sans vous anesthésier le palais, espacez vos inspirations en amenuisant votre tirage, vous éviterez ainsi la surchauffe inutile, mais quoi qu’il en soit cette tentative désespérée m’oblige vite à m’en séparer. En conclusion, ce cigare pourra vous sembler très puissant si vous ne mesurez pas vos ardeurs, au contraire si vous le dégustez avec sang-froid il sera fidèle à ma description, du moins je l’espère ! Un très bon cigare, ma note de cœur 17/20.

  • Origine: tripe: Cuba, Sous-cape: Cuba, cape: Cuba
  • Format: gros robusto
  • Taille: 127mm x 23mm
  • Bague: 58
  • Poids: 18.2gr
  • Année: EL 2014
  • Prix: 51chf ( Suisse )

supremos_06.jpg

supremos_07.jpg

Criant très mauvais/ de 1 à 4

Déçu sans intérêt/ de 5 à 8

Sourire bon/ de 9 à 12

Rigolant très bon/ de 13 à 16

Cool excellent/ de 17 à 20   

4 commentaires sur “Cohiba Supremos « Edicion Limitada 2014 »

  1. Merci pour ta description ! Depuis le temps que je me demande si il est bon ce Cohiba. Ma curiosité est grande mais comme beaucoup le tarif salé me bloque dans cette achat « compulsif ». On ne sait jamais peut être pour un grand jour l’ami !

  2. Merci pour ton analyse… Je suis toujours impatient de voir quel cigare tu vas nous présenter !
    Il donne bien envie mais le prix est carrément rédhibitoire pour le moment.
    Un petite question je suis intrigué par ton étui 😉 c est quoi comme model?

  3. Un simple étui en cuir « Montecristo » acheté à la boutique Partagas à la Havane, qui ne me quitte jamais !
    Merci à toi pour ton com.

Les commentaires sont fermés.

Powered by WordPress.com. Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :