Belicoso N°15 de « Flor de Selva » ( 2014 )

72
544×376

Normal
0

21

false
false
false

FR
X-NONE
X-NONE

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-priority:99;
mso-style-qformat:yes;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin:0cm;
mso-para-margin-bottom:.0001pt;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:11.0pt;
font-family: »Calibri », »sans-serif »;
mso-ascii-font-family:Calibri;
mso-ascii-theme-font:minor-latin;
mso-fareast-font-family: »Times New Roman »;
mso-fareast-theme-font:minor-fareast;
mso-hansi-font-family:Calibri;
mso-hansi-theme-font:minor-latin;
mso-bidi-font-family: »Times New Roman »;
mso-bidi-theme-font:minor-bidi;}

Difficile de rester insensible à ses effluves ! Ce Selva n° 15, un « Belicoso maduro » au fumet délicieux a de suite captivé mon attention dès la première seconde à le renifler sous toutes les coutures ! Ce premier contact olfactif fait partie d’une gestuelle séculaire et coutumière du parfait amateur et en même temps tellement ubuesque quand on y pense ! Malheureusement cette pantomime est rarement salutaire, ne garantissant en rien les qualités aromatiques du cigare, mais les amateurs tout comme moi dailleurs s’y complaît avec forte conviction. Quoi qu’on en dise, mon nez reste toujours plus loquace à détecter de bonnes senteurs que celles venant d’un cigare aphasique et poussiéreux. Le parfum de ce n°15 exsude avec ardeur des notes grasses de cacao, de café torréfié, de cuir et de faisander, un véritable menu chasseur avec son chevreuil nappé à la sauce vin chocolat. Une évocation gourmande, toutefois très personnelle afin de vous mettre en émoi devant les flagrances de ce « Flor de Selva », cintré d’une cape huileuse au reflet marbré façon stucco ( le stucco est un enduit teinté dans la masse, une fois ciré il se nuance de reflet brillant et mat). Cette texture de feuille offre à l’oeil une patine qui accroche joliment la lumière, digne d’une belle feuille de cape. Agréablement surpris par ce prélude, j’ose espérer que l’entrée, le plat et le dessert accompagneront mon appétence tout au long de cette dégustation.

Dès l’allumage, c’est une véritable explosion de poivre sur l’arrière du palais, une sensation plutôt confuse dans un premier temps ! Après avoir gentiment meurtri mes papilles, ce prélude roboratif succède à une consistance plus rassasiante et onctueuse où les notes de chocolats amers se mêlent divinement à la tourbe, à celle du café torréfié, au bois fumé et lingrédient essentiel, la réglisse ! Mais attention cette saveur atypique d’un cigare « maduro » ne doit pas l’emporter au détriment des autres arômes, au risque de rendre la dégustation fâcheuse et linéaire. Les débuts restent prometteurs et pour une fois en totale adéquation à son plumage ! Une première partie très agréable et confortable.

Dans un second temps, les saveurs s’harmonisent vers plus de rondeur et d’intensité, ne bousculant en rien le profil aromatique tant apprécié en première partie. Cette force en constante augmentation distille son bouquet de notes empyreumatiques toujours plus persistantes et crémeuses qui malheureusement s’enorgueillit d’un léger ammoniac au passage ! Rien de très grave en soi, car cette sensation ne peut être complètement éliminé et reste souvent tributaire des composés plus lourds de la feuille de « maduro » ( feuille de ligero). Ce goût toxique peut provenir aussi d’une filtration difficile à travers le corps du cigare, trop humide, trop gras par exemple, il peut provoquer ce type de sensation. À regret, je constate effectivement un tirage moins aisé à l’approche du 3ème tiers, la tripe plus compacte sest resserrée et filtre difficilement la fumée. Je sais, vous trouvez que « je pinaille, comme d’habitude ! » À côté de ça, son rancio demeure bien équilibré et maintient mon attention sans perturber mon plaisir. Malgré cette perversion analytique et subjective, je passe un très bon moment. 

Dans cette dernière partie, les saveurs reconnaissables du second tiers continuent généreusement à diluer ses arômes corpulents et crémeux à la fois. Mais doucement ce final devient plus lourd, au point de saturer mes papilles de notes intenses de réglisse, de café robusta et de caramel brûlé comme unique liant à ce goût âcre et piquant !! Mais inutile de se formaliser, rien danormal à ce stade de l’examen. Car dans lensemble, ce cigare vaut bien le détour, une très belle réalisation pleine de rondeur et de longueur au caractère attachant, il serait dommage de passer à côté de ce n°15. Ma note de cœur 16/20, pour un rapport/ prix plaisir, vraiment excellent.

  • Origine: tripe:habano jamastran, ligero azacualpa Sous-cape:Brésil mata fina cape:maduro jamastran
  • Format: piramide
  • Taille: 125mm x 22mm
  • Bague: 54
  • Poids: 20gr
  • Année:
  • Prix: 8,5€ ( Europe )

0fa4dd6e1e9c4098b7d2d51911c8656d.jpg

 

maduro_n15.jpg

Criant très mauvais/ de 1 à 4

Déçu sans intérêt/ de 5 à 8

Sourire bon/ de 9 à 12

Rigolant très bon/ de 13 à 16

Cool excellent/ de 17 à 20      

Un commentaire sur “Belicoso N°15 de « Flor de Selva » ( 2014 )

  1. Salut Edmond,
    Ta description m’a donné envie… du coup je m’en suis acheté 2 ! Je te dirais ce que j’en penses dès que je l’aurais dégusté. Belles photos comme toujours.

Les commentaires sont fermés.

Powered by WordPress.com. Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :