Dégustation Volado « Au coeur du cigare »

« VOLADO »

volado copie.jpg

Normal
0

21

false
false
false

FR
X-NONE
X-NONE

MicrosoftInternetExplorer4

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-priority:99;
mso-style-qformat:yes;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin-top:0cm;
mso-para-margin-right:0cm;
mso-para-margin-bottom:10.0pt;
mso-para-margin-left:0cm;
line-height:115%;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:11.0pt;
font-family: »Calibri », »sans-serif »;
mso-ascii-font-family:Calibri;
mso-ascii-theme-font:minor-latin;
mso-fareast-font-family: »Times New Roman »;
mso-fareast-theme-font:minor-fareast;
mso-hansi-font-family:Calibri;
mso-hansi-theme-font:minor-latin;}

Cet article est la suite d’une dégustation expérimentale commencée et réalisée par un petit comité de 20 amateurs sur le blog. Le détail de cette expérience se trouve  sur ce lien ! « Au cœur du cigare »

Ci-dessous, vous trouverez les différents ressentis, sensations et perceptions de chacun des dégustateurs sur le premier cigare dégusté, le VOLADO. Une des trois feuilles qui compose la tripe du cigare, feuille dédiée à sa combustion.

( Tous les commentaires se trouvent en bas de l’article )   

12 commentaires sur “Dégustation Volado « Au coeur du cigare »

  1. Bonjour à tous, voici pour ma part mon compte-rendu sur le VOLADO en m’inspirant de la fiche de dégustation fournie par Edmond.
    Aspect et construction : Le cigare se présente bien, les nervures ne sont pas grossières, la cape est bien lisse d’une couleur tirant vers le colorado claro. Au niveau du toucher rien à redire, le cigare est ferme, moelleux et le remplissage semble très correct.
    Arômes et puissance : La partie qui me dérange le plus et qui fait que ce cigare perd beaucoup de points, si tenté qu’on doivent lui attribuer une note ^^ Je vais faire court, les arômes et saveurs de ce cigare sont pour moi quasiment inexistant. En même temps, devait on s’attendre à autre chose venant de la feuille dédiée à la base pour la combustion ? J’ai cependant perçu durant tout le long de la dégustation des saveurs qui me faisaient penser à du papier de cigarette en pleine combustion et parfois, comme des pointes de caoutchouc chaud. Cette dernière était d’ailleurs très désagréable mais heureusement, non permanente. Au niveau de la longueur en bouche, je dirais qu’elle était moyenne pour ma part, pas plus de 10 secondes. La puissance de ce cigare reste cependant relativement légère.
    Tirage et combustion : Sûrement la partie où il excelle le plus selon moi. Un tirage parfait et une combustion exemplaire. Le début fut un peu chaotique avec une combustion irrégulière mais ceci a été vite rattrapé avec un petit coup de briquet pour laisser place par la suite à une combustion parfaite. J’ai aussi apprécié la cendre bien compacte, avec sa couleur grise très foncé tirant sur le noir.
    Conclusion: Je ne me permettrais pas de dire « un cigare sans intérêt » car je pense que c’est après avoir dégusté le SECO et le LIGERO que je pourrais vraiment me faire une idée précise à son sujet. Je reste convaincu que seul il n’est pas indispensable mais que ce n’est qu’associé aux deux autres qu’il trouve son utilité. Si je devais donner une note : 7/20.

  2. Voici ma petite analyse d’amateur…
    Je passe les infos sur l’aspect, le toucher, bague, cendres etc. car cela me semble pas nécessaire !
    Odeur : peu prononcée mais plutôt sur du feuillage
    Allumage : Parfait
    Combustion : Parfaite
    Impression 1er tiers : très doux, saveur inexistante mais un petit rappel de foin;
    Impression 2ème tiers : toujours très doux, et lèger, aucune longueur en bouche avec un petit effet de combustion voire de vapeur d’essence
    Impression 3ème tiers : idem
    Je voulais attaquer par-dessus avec le SECO pour la différence mais il faisait un peu trop froid et je manquais de temps. Cela dit, j’ai bien compris ce qu’est la feuille de combustion car j’ai fumé le VOLADO robusto en 20 mn alors qu’en temps normal il me faut 45 mn pour un cigare finit, sans parler de la saveur qui est quasiment inexistante. Pour ma part, en vue de la douceur et des arômes, je le qualifie de cigare pour novice ou festif, donc j’en viens à la conclusion que les cigares tels que les Bundles du Honduras ont une tripe essentiellement à base de Volado.

  3. Voici mon humble avis sur ce cigare composé avec une tripe de 100% de volado.
    Dans un premier temps je tiens à saluer la très bonne construction de ces cigares qui a permis un allumage et un fumage facile. Niveau saveur c’est très léger et végétal. On trouve une approche cubaine dans les 1ères bouffées et cela devient assez simple vous plat par la suite. On ne peut pas franchement parler de tiers car le cigare est resté linéaire avec seulement une monté en puissance sur la fin avec une amertume de papier brulée.
    Ce qui m’a interpellé outre les saveurs très simples, c’est cette fumée très soyeuse qui se délie avec beaucoup de volupté. La combustion est parfaite et mon cigare est resté bien allumé du début à la fin. On devine alors le rôle majeur du volado…
    Ma note globale est de 10/20 car je l’ai fumé jusqu’au bout même si les saveurs habituelles du terroir cubain n’étaient pas au rendez-vous. J’ai hâte de découvrir les 2 autres versions.

  4. Bonsoir à tous,
    Voici ma modeste contribution à cette belle initiative.
    Acompagnement : thé Earl Grey premium.
    Je ne donnerai pas de note générale pour ce module car pour moi, il ne peut être considéré comme comparable à un cigare « complet ».
    Il est d’un aspect agréable. Légèrement nervuré et d’un remplissage dense sans plus.
    Point de vu gustatif, pas grand chose à en dire si ce n’est du… foin… De la paille… Mais comme dit par mes prédécesseurs, c’est logique.
    Une fumée bien présenté mais une combustion en deçà de ce que j’attendais mais sûrement dû aux conditions climatiques au moment de la dégustation (froid et humide) et au fait que je fume trèèèèssss lentement.
    Ceci dit en vous écrivant, je savoure un Cain maduro 660 acompagné d’un Lapsang Souchong (thé fumé aux racines d’épicéa) que j’ai dû rallumer une seule fois après 1h20 dans les mêmes conditions…
    Une idée en passant : ne manque-t’il pas pour que ce test soit complet, un 4ème module ?… (Gourmand je suis…;-)…)
    Et pour finir, encore un grand merci à Edmond !!!

  5. Bonsoir,
    Je vais m’essayer à l’analyse de dégustation.
    Cigare joli, pas de grosse nervure et bien rempli.
    A cru : De l’herbacé, très ventilé
    A l’allumage nickel, tout ce passe bien, un gros volume de fumée dès le début et une fumée qui à l’odeur est plutôt douce, agréable.
    Le fumage se continu le volume de fumée est toujours très important, la combustion et la cendre sont au top. Mais cet arôme herbacé commence à me lasser un peu.
    Je décide quand même de terminer le cigare (1h10), donc sur la fin pas de monté en régime, force très faible, longueur en bouche inexistante, un peu de noisette grillée peut-être.
    Un cigare très ennuyeux qui ne comporte pas de réel intérêt. Il est calé sur un arôme herbacé et… C’est long !
    Il n’empêche que je suis content d’avoir essayé et après avoir fumé le seco, je peux dire qu’il existe une vraie différence (sans vouloir spoil les autres) entre les deux.

  6. bonjour, donc je me lance.
    les conditions: en extérieure de bon et beau matin (les papilles au plus hauts) car je n’ai pas le sens gustatif très développé. un peu d’eau.
    A cru: tirage facile, arôme peu prononcé.
    L’allumage se fait aisément, pas mal de fumé, dense, le goût est agréable et (très) léger.
    niveau gustatif c’est vraiment très léger, je reviens sur ce que vous avez dit avant moi, c’est plutôt végétal (feuille, foin, herbacé).
    la fumée est importante, la combustion est régulière.
    le cigare n’évolue pas ou peu au fur et a mesure de la dégustation. environ 1h15 de fumage.
    on comprend bien le rôle que joue cette feuille dans la composition du cigare. rester suffisamment neutre et assurer une bonne combustion. j’en déduit que plus elle est importante dans la composition, plus le cigare est léger et facile a fumer.
    j’ai hâte de le comparer aux autres cigares.
    merci encore de pouvoir nous faire découvrir et d’enrichir nos connaissance sur le cigare.

  7. Après deux semaines de cave , l impatience me gagne alors le temps est venu pour moi de déguster cette première vitole qu’ est le volado , profitant du calme qui règne aux alentour et de ce magnifique décor que m’offre cet automne très doux,le cadre me paraît idéal .
    Première analyse sur ce cigare , la cape est légèrement nervurée et reluisante , au nez la cape me fait penser à une odeur animal , je le perce à l emporte pièce , le tirage s annonce excellent avec une légère retenue comme je l aime , à cru cette vitole m évoque le réglisse avec une légère touche poivrée en arrière palais , cette touche poivrée qui me laisse un léger piquant sur la langue mais pas dérangeant .
    Je l’allume au chalumeau , le démarrage est régulier et les premières notes laissent apparaître un joli boisé avec un léger fond sucré , passé ces quelques premières volutes une touche de feuille morte m arrive en pleine bouche telle une évidence , puis le cuir fait son apparition puis devient plus important une belle évolution pour ce premier tiers .
    J entre dans le deuxième tiers , pas de changement notable si ce n est un peu de pain grillé en arrière palais , arrivant à la moitié du deuxième tiers le cigare ce fait légèrement plus suave , quelques notes de terre arrive sur le devant de la scène mais très bref pour laisser place de nouveau au cuir , goût dominant .
    J attaque le troisième tiers , petite montée en puissance sur note d’ herbe sèche , puis intervient cette fraîcheur sur la langue qui me fait penser au réglisse mais toujours sur fond de cuir qui dominera la fin de ce cigare .
    Une dégustation très intéressante avec une une fumée assez longue en bouche , des arômes que j aime assez dans le cigare en général .
    Ma note de coeur 12 /20 pour une vitole agréable qui a éveillé en moi curiosité et intérêt .
    Un très grand merci à Edmond de m’ avoir permis de participer à cette dégustation.
    Bien amicalement à vous !Yann

  8. Merci Edmond pour cette bonne idée et d’avoir œuvré pour nous procurer ces cigares atypiques.
    Dégusté hier après midi voici mes impressions :
    Belle cape laissant entrevoir de légères nervures et plutôt bien rempli.
    Je l’ouvre à l’emporte pièce, à cru le tirage est excellent et laisse deviner des notes végétales principalement herbacées.
    L’allumage se fait très facilement.
    Mes premières impressions ressentis à cru se confirment, ce dernier ce concentre sur des notes herbacées qui demeurons tout le long de cette dégustation de 55 minutes.
    La fumée est importante, longue en bouche et la combustion sans faute.
    Les saveurs évoluerons peu voir pas et le cigare restera à mon goût léger, trop léger.
    Pour résumer le tout je dirais que de ce cigare qu’il est plutôt monotone mais j’y ai pris tout de même beaucoup de plaisir au regard de l’intérêt d’une telle dégustation et attend avec impatience ma comparaison avec ses deux compères.
    En réalisant cette dégustation aidé de la fiche d’Edmond ma note finale est un 10/20…
    Encore merci Edmond 😉

  9. MON APPRECIACION DU VOLADO
    volaré oh oh
    cantaré oh oh oh oh
    Redevenons sérieux 3 minutes
    Je ne vais pas pouvoir utiliser la fiche de dégustation d’Edmond pour ce cigare, pourquoi me direz-vous …. Tout simplement par ce qu’un cigare est avant tout un assemblage, une construction, un mélange de saveurs, de pigments gustatifs…
    Ce Volado est tout de même très bien construit comme l’ensemble des 3 cigares que nous avons à déguster et avec lesquels j’ai pris un grand plaisir à tenter de percer les mystères de ces assemblages qui font d’un torcédor un expert dans l’art de nous régaler de ses volutes bleutées. Et oui, je n’ai pas pu résister à la gourmandise et j’ai craqué : un cigare par jour a peut prêt à la même heure (en fin d’après-midi)
    Pour en revenir à ce VOLADO :
    Travail de qualité en ce qui concerne l’élaboration, cape soyeuse, tirage aisé, propositions idéales à mon gouts, ni trop court, ni trop long, un cépo agréable.
    Par contre le reste ne suis pas, on plonge directement dans l’hyper douceur et la linéarité, pas de vrai saveur, une très légère saveur de cèdre, et c’est tout …
    Une belle cendre claire et dense, par contre l’obligation de libérer cette cendre pour parvenir à conserver un semblant de légère saveur gustative , le tirage est parfais (et c’est bien là le moins que l’on peut attendre de lui), un manque de monté en puissance certain mais une combustion exemplaire : ce volado remplis tout de même bien sa fonction première, le manque de soleil sur la partie basse du plan de tabac réduit donc naturellement sa puissance
    Je me suis tout de même surpris à le déguster jusqu’à la fin, la douceur de la fin d’après-midi me laissant profiter de ce moment de calme : 45 minutes de douceur dans un monde de brutes, comme à mon habitude j’ai partagé ce cigare avec un thé vert très agréable.
    Ma note sera de 11/20 car sans être désagréable ce cigare remplis bien sa fonction qui consiste à assurer une bonne combustion et ça il sait bien le faire. Maintenant que j’ai essayé les 3 (Volado – Seco – Ligero) je comprends un peu mieux les finesses de l’assemblage
    A très vite et bonne dégustation
    Rodrigue

  10. Avant tout merci de jouer le jeu pour l’analyse de ce cigare et des 2 autres qui suivront, vos analyses sont très constructives et intéressantes, avec un facteur commun que vous avez su très bien le formuler, sa faible richesse aromatique et sa combustion exemplaire.
    En quelques lignes, voici ma petite contribution à ce post.
    Au nez, rien de très puissant ! Senteurs très végétales et gouleyantes. Ensuite dès l’allumage, je ressens de suite une belle amplitude de fumée, une perception nerveuse, ventilée et en même temps inexistante niveau arôme. Plutôt terreux et cartonné, bois et végétal sec je dirai ! La combustion exemplaire et régulière s’illustre par une cendre grise de bonne fermeté qu’on aimerait voir plus souvent sur un Cubain. Je remarque aussi que le cigare chauffe rapidement, beaucoup trop ! Ce qui est parfaitement normal pour l’utilité de cette feuille le « volado », mais néfaste aux molécules aromatiques qui explosent comme des bulles de savon. Niveau consistance, ce cigare me fait penser à un cigare Hollandais fumait récemment ou celui d’un Navarre, un cigare très léger avec un manque de muscle flagrant comme un plat sans sel. Pour la longueur, rien d’étonnant qu’elle soit courte avec une rondeur quasi absente sur ce premier tempo.
    Petit test de combustibilité, j’inspire 2, 3 bouffées, je dépose la cendre. Top chrono, j’attends sans le reprendre en bouche, 4 bonnes minutes plus tard le cigare presque éteint reprend miraculeusement des couleurs et rougeoie après seulement deux aspirations, magique !
    En seconde partie, difficile de parler d’évolution dans le sens positif d’une dégustation rationnelle ! Les saveurs restent dans l’ensemble linéaire et amer, un peu rappeux sur le fond du palais. Mais les sensations se focalisent plus sur l’avant sur le haut du palais avec des notes mentholées et de réglisse du type «Zan ». Celles-ci progressent exponentiellement vers un final assez intense en goût, pas très agréables.
    En effet, cette feuille n’est pas si insipide que cela ! Elle contient quelques saveurs qui participent d’une certaine manière au goût du cigare. Mais sa principale fonction est aussi d’obtenir une température suffisante et régulière pour vaporiser sous forme de fumée les phénols contenus dans les 2 autres feuilles sans les altérer. Temps de fumage 35/40 minutes environ.

  11. D’aspect la cape de ce cigare est grasse, huileuse, très belle.
    Après décapitation nous notons un excellent tirage.
    A cru on retrouve des arômes terreux et herbacés, phongiques.
    Les premières bouffées sont herbacées, un peu agressives.
    Ensuite la fumée se cale et devient un peu aromatique.
    Le premier tiers est a dominance terreuse et herbacée, la fumée tapisse bien le palais, la longueur en bouche est bonne. A noter quelques touches poivrées par ci par la.
    La combustion et la construction sont excellentes.
    Le second tiers est linéaire dans son ensemble, avec quelques sursauts bien sympathiques. Un dégazage en fin de ce tiers recadrera un peu le tout, les arômes étant plus dominés par la puissance et devenant un peu plus amers et moins agréables. Un peu de piquant par la suite qui ne disparaîtra pas.
    J’arrête en début de 3ème tiers.
    Mon palais termine très chargé.
    Plus trop d’aromes…

Les commentaires sont fermés.

Powered by WordPress.com. par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :