Cigare « Hollandais » Van der Donk

Dans ce nouveau billet je suis allé à la découverte du « cigare Hollandais », une dénomination qui peut prêter à sourire pour certains néophytes ou béotiens de la vitole. Inutile de chercher des plantations de tabac au pays de la mimolette, des moulins à vent et des tulipes, vous n’en trouverez pas ! Mais essayons tout de même d’en savoir plus. D’où provient ce tabac ?  

Avant tout, je vous invite à faire un petit tour dans l’histoire de ce pays en vous rappelant que le terme ‘Hollande’ est un abus de language pour désigner l’ensemble des Pays-bas dont la capitale est Amsterdam. Du 17e siècle au 20e siècle, les Pays-Bas administraient les territoires gagnés par l’Empire colonial néerlandais, à cette époque de conquêtes les Pays-Bas établirent des colonies et des comptoirs un peu partout à travers le monde. De la Nouvelle-Amsterdam ( l’actuelle ville de New York) en passant par l’Amérique du Sud avec le Surinam et le Brésil, puis l’Afrique, la Belgique, le Luxembourg, une partie du Nord de la France et les Indes Orientales, l’Empire Néerlandais grâce à leurs techniques de navigation avancées, devinrent rapidement une des premières puissances mondiales maritimes de cette époque avec les Espagnols et les Anglais. 

1280px-DutchEmpire4.png Les colonies Néerlandaises entre le 17e et le 20e siècle.

Mais arrêtons-nous sur une de ces régions conquises qui pour l’heure nous intéresse et qui se nomme l’Indonésie ( Asie du Sud Est), cette ancienne colonie Hollandaise perdue en 1945 à la suite de violents mouvements nationalistes produisait et produit toujours un excellent tabac depuis plus de 200 ans dans la région de Sumatra et de Java, d’où l’expression laconique de « cigare Hollandais » en référence aux colonies, un héritage agronomique qui continue de prospérer exclusivement par l’intermédiaire de sociétés privées. Aujourd’hui c’est environ 2 milliards de cigares exportés dans plus de 100 pays ( cigarillo et cigare confondu). Le cigare néerlandais est le 2e plus grand fabricants de cigares au monde dont les principales exportations sont par ordre d’importance, la France, le Royaume-Uni, l’Allemagne et la Belgique. Sans oublier, l’exportation de feuille de cape produit dans la région de Sumatra utilisait pour certains cigares du Nicaragua, du Honduras et de République Dominicaine.  

INL.gifIles de Sumatra et de Java en Indonésie.

Pour la plupart, leurs fabrications sont majoritairement mécaniques ( le prêt à fumer avec une tête déjà tranchée) n’intéressent que très peu les aficionados dont l’unique intérêt s’oriente souvent vers le cigare fait main que l’on trouve principalement dans les Caraïbes, le ‘totalmente a mano’ pour Cuba et l’hecho a mano’ pour les autres pays. Une autre singularité sur cette production est l’absence de très gros format dont le plus important n’est autre qu’un corona ! Et ne comptez pas plus de 6 formats pour l’ensemble du catalogue que voici: cigarillo, Senorita Tuit, Senorita, Senorita Wild, Panatella et le corona qualifié d’ « Empereur des cigares », ça peut se comprendre en effet ! Je ne connais pas vraiment les raisons précisent qui ont déterminé le choix de ces 6 formats, mais une hypothèse peut malgré tout être avancée qui justifierait le choix d’un module en fonction de son sexe, en effet en Indonésie les gros modules sont souvent réservés aux femmes pour leur manque d’élégance, des cigares associés à une forme trop phallique, trop disgracieuse pour être mis en bouche par le modèle masculin. Voici peut-être une des raisons de l’absence de robusto, de toro et autres formats XXL du catalogue Hollandais. Bien entendu, j’accepte volontiers vos idées sur le sujet. Voici une petite liste exhaustive des marques reconnues pour cette région du globe : De Olifant, Jacob Van Meer, Van der Donk, Hajenius,  Compaenen, De Hertogh, Huifkar, Oud Kampen, Jacob Van Meer, Charles de Broukere. Ne soyez pas étonné de retrouver dans certains mélanges du tabac du Brésil  ou Dominicain pour les ‘blends’. 

Nous sommes le 9 août à 13h50, rendez-vous pris au café Papon à Genève en compagnie de Charly avec qui je vous propose la dégustation d’un « Néerlandais ». Le morceau choisi n’est autre qu’un grand corona du fabricant « van der Donk », plus précisément le module ‘Felicidad Don n°2. Nous allons donc nous efforcer de tester ce cigare avec le plus de précision possible et cela sans a priori ! Pour nous deux, c’est une réelle découverte puisque aucun de nous ne connaît ce cigare et son terroir dont voici le résumé. 

Contact visuel, la couleur ne correspond en rien au nuancier que je connais habituellement ! C’est une teinte claire à l’évidence, mais rien à voir avec la couleur ‘Colorado’ d’une cape Connecticut par exemple que je trouve plus chaleureux et plus soyeux. Plus terne pour celle-ci, qui se rapprocherait plus pour ma part d’un Colorado/ verde, une sorte de marron vert ! Pour la construction, je le trouve assez soigné, mais rien de très expressif. Question densité, la fermeté l’emporte tout de même sur la souplesse qui pourrait lui faire défaut, mais rien de très anormal pour ce type de cigare réputé souvent plus sec. 

Pour la perception à cru, je la trouve toutefois gouleyante où les arômes dilués, d’humus, de feuille morte, de terre, préfacent un caractère automnal. À ça s’ajoute une odeur de vieux grenier, mélange de plancher poussiéreux et de vieux vêtements. Étrangement, Charly et moi sommes d’accord sur le fait que ce mélange atypique nous conduit sur une valeur plus distincte dans son ensemble qui n’est autre que le thé ! Le thé noir plus exactement. 

Ensuite dès l’allumage, rien de surprenant de percevoir et de retrouver cette légèreté dans les premières bouffées ! Un premier temps dont la consistance moyenne se localise sur l’avant de la bouche et non sur l’arrière du palais comme le ferait un bon cubain. Les notes se concentrent sur le terreux et le thé, mais cette fois-ci un thé à la menthe, caractérisé par une forme de fraicheur à la dégustation. Difficile pour le moment d’interpréter objectivement cette saveur, faisons-nous face à un excès ou à une carence aromatique qui abuserait de notre sens du discernement ? Soyons patient. En attendant, nous pouvons ajouter pour clore ce premier temps, un côté analgésique situé sur l’avant de la bouche, situé sur les lèvres et l’extrémité de la langue, une sensation pas désagréable qui nous laisse assez perplexes mais rien de très complexe non plus ! Par la suite, l’absence de rondeur persiste et signe vers une persistance plutôt fugace et linéaire. Un fumage facile et conciliant, pourrait-on soutenir ! 

La 2e partie est tout aussi courte ! La perception reste globalement inchangée avec toujours un manque de corps. Le thé mentholé toujours présent sonne maintenant comme une promesse ambitieuse contre l’infortune de ce cigare, un brin ennuyeux, mais intéressant à la fois pour la découverte et le dépaysement. Comment ça ? Eh bien imaginez une excursion au milieu d’un désert, le concept est bien sûr captivant, mais chiant à la fois ! Désolé pour cette analogie lapidaire qui résume très bien mon ressenti de cet instant.  

Difficile de simuler un 3 temps inexistant qui s’apparente plus aux prolongations d’une 2e mi-temps dont le jeu reste quasi inchangé ! Un cigare toujours très léger et facile à fumer qui n’éveille rien de très surprenant, mais en cherchant bien le final semblerait plus poivré et plus frais encore ! Cette fraîche sensation pourrait venir d’un léger ammoniac auguré en début de fumage. Dans l’ensemble, notre jugement n’est pas si déplorable que ça et ce « Néerlandais » se revendique comme cigare de proximité, accessible au plus nombreux et aux moins exigeants. Que nous qualifions par définition de « cigare d’apéro ou de compagnie ». Notre note de cœur 10/20 (manque de corps, de longueur et de rondeur d’âme)      

 

  • Origine: tripe : sumatra deli, Sous-cape: java besoekicape: Havana, Brasil en Java
  • Format: gran corona
  • Taille: 170mm 
  • Bague: 43 
  • poids: 9 gr
  • Année: 
  • Prix Suisse: 6,5€

assortiment_8891311_1219338513.jpg

cigare roulé à la main à l’usine de Culemborg en Hollande

à partir de tabac de Sumatra/ Java. 

cigaren.jpg

CIGAREN2.JPG

Criant très mauvais/ de 1 à 4

Déçu sans intérêt/ de 5 à 8

Sourire bon/ de 9 à 12

Rigolant très bon/ de 13 à 16

Cool excellent/ de 17 à 20     

 

Les commentaires sont fermés.

Powered by WordPress.com. Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :