Saint Luis Rey « double corona »

Normal
0

21

false
false
false

FR
X-NONE
X-NONE

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-priority:99;
mso-style-qformat:yes;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin-top:0cm;
mso-para-margin-right:0cm;
mso-para-margin-bottom:10.0pt;
mso-para-margin-left:0cm;
line-height:115%;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:11.0pt;
font-family: »Calibri », »sans-serif »;
mso-ascii-font-family:Calibri;
mso-ascii-theme-font:minor-latin;
mso-fareast-font-family: »Times New Roman »;
mso-fareast-theme-font:minor-fareast;
mso-hansi-font-family:Calibri;
mso-hansi-theme-font:minor-latin;}

Une déception à la hauteur de mes espérances !

Choisir de fumer un double corona est toujours un moment privilégié qui demande beaucoup d’attention dans le choix de son module. En effet le double corona est pour moi le cigare par excellence, le format idéal pour s’évader pendant 2 à 3 heures dans un état contemplatif à condition que l’histoire racontée par celui-ci soit digne du meilleur des réalisateurs. Un double corona se doit d’éveiller vos sens du début à la fin comme dans le ferait un bon film, pas de place à l’ennui d’un long métrage lymphatique sur les tribulations passionnées d’un nettoyeur de vitre, sourd de surcroit ! Bien décidé à trouver un tel cigare dont la seule ambition serait de me séduire, je choisis pour cette dégustation ce Saint Luis Rey suggéré par un de mes lecteurs ! Ce double corona quelque peu oublié mérite peut être une mise en lumière. Dont voici ma petite analyse personnelle.

Pour l’analyse visuelle et olfactive, difficile d’être critique ! D’une construction ferme et osseuse à la couleur uniforme Colorado/ maduro des plus appétissantes, ce double corona charme de suite les sens. Sa souplesse reste moyenne pour un poids presqu’égal à sa longueur de 20.8 grammes pour 19,4 cm. La cape finement nervurée et brillante vous laisse au mouillage un souvenir iodé sur les lèvres, de bord de mer. Tambours battants, la cape exalte avec brio des flagrances douces et boisées, de notes vanillées, de consonances pâtissières des plus gourmandes. Un profil olfactif des plus agréables, un double corona qui en impose par tant de prestance. Un ‘trailer’ jusque là sans faute qui appelle à une dégustation magistrale et conforme, espérons-le !

Mes premières sensations après 10 minutes de fumage sont plus qu’incertaines ! Le démarrage est sans fanfare ce qui en résulte un manque de consistance, dépourvu d’une aromaticité captivante tout en demi-ton, salué par la fée ‘astringence’ qui essaye tant bien que mal de vendre ses faveurs comme un ‘menu du jour de routier’, décidément déprimant ! La majeure partie flirte sur des notes de foin humide, d’humus, voire de moisi et de noix fraîche. Pour ce qui est de La rondeur, ainsi que la longueur, elles vont de paires, aucune des deux ne brille pas son courage ! Une introduction fébrile et asthmatique qui ne présage rien de bon après ces 25 minutes de dégustation. Mais pourtant après une bonne demi-heure, c’est avec considération de constater une petite éclaircie dans ce sombre tableau. En effet, sur la fin de cette première partie, il est agréable et surprenant de goûter progressivement à des nuances plus estivales comme la volupté et la suavité, ainsi qu’une consistance en nette amélioration. Pour ce qui est de la rondeur, celle-ci se distingue par une meilleure homogénéité des arômes identifiables comme la noisette, le café crème et la terre. Bien heureusement, son côté tannique n’est plus qu’un souvenir maintenant, une métamorphose soudaine et appréciable, enfin !

Dans la seconde partie, mise à part une consistance plus mesurée, le fumage se prolonge agréablement sans surprise, sans me procurer une satisfaction réconfortante et rassasiante que l’on pourrait attendre d’un tel cigare pour caler ma faim ! Rien de très évolutif non plus dans cette tragédie cubaine qui puisse sublimer ses arômes fragiles et impuissants. Petit à petit les saveurs s’intensifient mais se révèlent lourdes de conséquences à l’approche du dernier tiers, celle-ci m’annonce une pénitence des plus acerbes ! Ce plaisir éphémère, très vite avorté, doué d’illusions revêche décline inexorablement vers l’antipathie.

Le 3e temps comme je le pressentais glisse rapidement sur des saveurs impétueuses, grâce à l’accroissement d’une force qui envoie très fort, trop fort ! Une perception brute affectée par l’âcreté brulante et anesthésiante des plus désagréables qui soit dans un cigare. Plus grand-chose à dépeindre dans cette dégustation semblable à des ruines fumantes et illusoires. Et c’est négligemment entre l’index et le pouce que je le propulse très loin de moi dans les rosiers pour vite l’oublier. Énervé ! pas du tout, déçu, sûrement. Pour ma conclusion, sur 2 bonnes heures de fumage comptez pas plus de 30 minutes que je qualifierai de pas trop mauvaises, voire de bon pour ceux qui me trouveraient trop cinglant dans mes propos, mais rien de planant. Ma note de cœur 8/20 (à éviter) un cigare qui commence et finit très mal.

  • Origine: tripe : Cuba, Sous-cape: Cuba, cape: Cuba
  • Format: Double corona
  • Taille: 194 mm x 19 mm
  • Bague: 49
  • poids: 20,8 gr
  • Année: JUL 2013
  • Prix Suisse: 13€

SLR2.jpg

slr1.jpg

Criant très mauvais/ de 1 à 4

Déçu sans intérêt/ de 5 à 8

Sourire bon/ de 9 à 12

Rigolant très bon/ de 13 à 16

Cool excellent/ de 17 à 20     

13 commentaires sur “Saint Luis Rey « double corona »

  1. Moi qui attendais avec impatience ton compte-rendu de dégustation sur ce cigare, j’ai étais servi ^^
    C’est sur que maintenant je me pose de plus en plus de questions quant à « l’excellente réputation » de ce dernier……
    Mais malgré tout je le testerai un jour, histoire de….
    En tout cas très bel article, avec des photos toujours aussi sublimes mettant bien en valeur le cigare 😉

  2. En effet, comme toi j’en espérais beaucoup plus ! Mais cette dégustation me donne envie de faire le tour de tous les doubles-corona Cubain avec toujours en tête le Lusitania !

  3. J’avais lu des retours de plusieurs aficionados qui préconisaient un vieillissement allant de 3 à 5 ans pour qu’il délivre vraiment son plein potentiel, à vérifier dans ce cas ^^
    Le Lusitanias, un de mes prochains achats en terme de double coronas ainsi que celui de chez Hoyo 😉

  4. Alors ça donne vraiment, mais alors vraiment pas envie !
    Déjà que je suis incapable de passer deux heures avec un cigare, si en plus on s’ennuie….

  5. Je confirme, vous n’y connaissez rien. Je le découvre entre les lignes de vos différentes (soit disantes) dégustations! Arrêtez de fumer le cigare et revenez aux gitanes Maïs. Fred

  6. Haha Fred merci pour cette remarque pleine de finesse, de tolérance et d’intelligence.
    Je m’en vais fumer une gitane aussi tiens, bonne idée !

  7. Bonjour Mr Fred, (même sur un blog, la politesse ne coûte rien !)
    Je suis désolé, d’avoir heurté votre sensibilité ! Malgré vos paroles assassines et irrespectueuses, je prends le temps de vous répondre, mais avec plus de modération. Vous semblez connaître le cigare bien mieux que moi, vous et vos 50 pros ! Je ne savais pas qu’il existait en France une corporation de professionnel en matière de goût du cigare, soit ! Bien entendu, c’est votre droit de ne pas m’apprécier et cela sans même me connaître, mais j’accepte votre virulence et nos divergences de points de vue !
    Sachez monsieur que je ne prétends pas connaître le cigare comme vous, ce serait d’ailleurs une forme d’arrogance inacceptable et un manque d’humilité pour la passion qui m’anime. Mon blog est une simple succession d’histoires autour de dégustations et de belles rencontres, dont certaines m’ont ému, d’autres pas. Si vous avez apprécié le Connossieur A et le double corona Saint Luis Rey j’en suis sincèrement ravi pour vous, preuve que le cigare restera à lui seul une énigme et qu’il le restera bien après nous. « Un témoignage clairement orienté », sapristi serais-je démasqué ! Mon blog ne serait qu’une couverture à une propagande anticastriste…pfff…Je ne vois pas où vous voulez en venir !
    Pour revenir à ce double-corona, je serai curieux de connaitre l’année et le mois de récolte de votre dernier SLR fumé, comme vous êtes un grand amateur je ne vous apprends rien à vous demander cette petite précision qui est d’une importance capitale, à l’image de l’année de vendange d’un grand cru.
    Pour les gitanes maïs, je prends note pour ma prochaine dégustation.
    Je vous souhaite une agréable journée, monsieur.
    Edmond

  8. Bonsoir cher Edmond,
    Pas plus tard que cet après midi je parlais avec un grand amateur (connu) et aussi un professionnel du cigare en Belgique…et on se disait « vraiment , il faut que notre ami Edmond, re édite son expérience sur le Connossieur A (meilleure vente actuelle en Belgique,ce qui ne doit pas être un total hasard) d’une part, mais surtout sur le double Corona ST Luis Rey. Probablement l’un des meilleurs cigares existant…(certes noté numéro 2 des meilleurs cigares 2014 au monde après le Behike 54, même si ça ne veut rien dire j’en conviens). Pour les fins connaisseurs (connossieurs…)le millésime 2004 est tout simplement prodigieux et même plus. Alors ne restez pas pas sur un échec et retentez le coup ! Et surtout refaite nous part de votre expérience…on ne sait jamais
    Quant à l’accompagnement préférez un vieux malt, un Port Ellen par exemple de 1982 ou 1979 ou « 31 ». Attention la distillerie est fermée depuis qq années….Le rhum a tendance a « tuer » le cigare. Question de goût.
    Désolé si vous vous êtes senti « agressé » mais on voit tellement de rigolos dire n’importe quoi sur internet que parfois on se laisse emporter à juste titre.Sans rancune et bonne continuation.
    Bien cordialement
    FG
    PS :Bambanne ne pourra plus écrire ça donne vraiment pas envie ! Dommage pour lui car franchement, en matière de cigare, il va passer à côté de quelque chose d’exceptionnel…et il n’y a pas que les luisitanias dans la vie !

  9. Bonjour, Fred et merci
    Voyez-vous, je trouve intéressant et constructif que nous puissions débattre sur le blog et ainsi partager des avis, même divergents ! Donc merci à vous d’avoir pris le temps d’écrire ces commentaires. Pour en revenir à ce SLR de 2013 que j’ai fumé dernièrement, franchement mauvais ! Peut-être se révèlera t-il dans 1 an ou dans 5 ans, nul le sait à ce jour ce n’est pas le cas. Ce qui est regrettable pour le consommateur, c’est le manque de conseil des civettes en général dont leur principal objectif est de vendre, par pour toutes bien entendu, je ne voudrai pas maintenant m’attirer les foudres de la profession que je respecte ! Mais il est très rare aujourd’hui que l’on vous conseille d’attendre un peu pour déguster telle ou tel cigare, alors que parfois ! Vous parlez d’une édition 2004 merveilleuses et sans conteste je vous crois, maintenant reste à préciser si vous l’avez dégusté en 2004 ou en 2014 ! Un détail qui a aussi son importance pour à tout amateur d’où la nécessité de toujours préciser le millésime et l’année de la dégustation. Prenons ce fameux D4 dont beaucoup raffole, pourtant sa production et une des plus aléatoires de Cuba, on ne sait jamais sur quoi retomber, ma dernière boîte peine à se vider !
    Mais promis, je ne resterai pas sur cet échec et je vous promets une nouvelle dégustation avec une autre année de ce SLR, un 2012 pourquoi pas ?
    Concernant ce Connossieur A, voyez-vous je ne suis pas les classements, pas que je n’y vois aucun intérêt, mais uniquement par manque de temps et comme vous le dîtes les classements ne veulent pas toujours dire grand-chose ! Pour le connossieur A, élu 2e meilleurs cigare de Belgique en 2014 que dire..que je suis un piètre dégustateur, peut-être avez- vos raisons Fred ! Mais pour ma part je reste sur mon opinion que ce cigare a bien vendu son âme au diable ( excusez mon language), ce n’est qu’un point de vue après tout.
    Si je passe par la Belgique, pensez-vous convenable que nous dégustions ce vieux malt ensemble autour d’un cigare ? Merci du conseil en tous les cas.

  10. Bonjour Fred,
    Je partage partiellement l’avis d’Edmond l’emballage est pas mal , mais le caractère explose sans retenues avec pas mal d’astringence !!
    Par contre votre avis , manque d’objectivité et s’envole dans les aigus ,
    les classements sont faits pour n’être pas lu !!!ils n’engagent que les pseudos spécialistes!
    Pour moi l’important est uniquement le plaisir , il importe peux de faire l’unanimité par nos goûts.
    Cordialement Thierry

  11. Bonjour Edmond, je viens te demander ainsi qu’à tout autre aficionados, où vous arrivez à vous procurer ce cigare? En effet, j’ai beau me renseigner près de plusieurs civettes de ma région, je n’ai que des réponses negatives. Certains m’ont même affirmé que sa production avait été arrêtée……
    Si par chance j’arrive à m’en procurer, combien de temps de vieillissement préconisez vous? J’ai lu que Min Ron Nee conseillait 5 ans mais le retour d’expérience d’autres personnes est toujours intéressant.
    Merci d’avance pour vos réponses.

  12. La production du SLR arrêtée ! Je te confirme que non, loin de là. Pour ma part je trouve mes cigares sur Genève, rarement en France. Dans quelle région es-tu ?
    Pour ta question du vieillissement qui concerne ce cigare, je pense qu’un minimum de 2 ans devrait lui permettre de mieux s’équilibrer afin d’être fumé dans de meilleures conditions. Chaque cigare est unique, leur métabolisme intrinsèque évolue de manière aléatoire, aucune équation ne peut déterminer le moment opportun pour le déguster. Un cigare jugé intense et puissant passera les 5 à 10 à se bonifier, par contre un cigare trop léger s’épuisera après 3 ans de cave.
    Du temps de Zino Davidoff, lorsque les cigares arrivés sur le continent après un long voyage, le cigare devait être fumé avant les 2 mois ou ensuite il valait mieux attendre 1 année. Pourquoi ? Parce que le cigare entamait une 4e fermentation après ces 2 mois ! Aujourd’hui, cette théorie est souvent controversée, qu’elle n’a plus lieu d’être en raison de l’évolution des techniques ferment ives et de transport. Personnellement, je pense que certains cigares devraient être oubliés au minimum 1 année !

  13. Merci de me confirmer [rassurer] que la production n’a pas été arrêtée, j’avoue que n’étant cependant pas civettier (j’ai un doute sur la présente appellation) j’émettais une certaines réserve quant à cette information.
    Pour répondre à ta question, je suis à Lacanau en Gironde, donc trèèèèèèès loin de la Suisse 😀
    Merci de ta réponse en tout cas et du complément d’information concernant le processus de vieillissement, qui est très instructif.

Les commentaires sont fermés.

Powered by WordPress.com. Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :