CASA MAGNA ‘Oscuro’ format toro

Normal
0

21

false
false
false

FR
X-NONE
X-NONE

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-priority:99;
mso-style-qformat:yes;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin-top:0cm;
mso-para-margin-right:0cm;
mso-para-margin-bottom:10.0pt;
mso-para-margin-left:0cm;
line-height:115%;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:11.0pt;
font-family: »Calibri », »sans-serif »;
mso-ascii-font-family:Calibri;
mso-ascii-theme-font:minor-latin;
mso-fareast-font-family: »Times New Roman »;
mso-fareast-theme-font:minor-fareast;
mso-hansi-font-family:Calibri;
mso-hansi-theme-font:minor-latin;}

Malheureusement pour les résidents français, je ne pense pas que cette ligne ‘oscuro’ soit disponible actuellement en France ! Celui-ci provient d’une civette se trouvant à Bâle en Suisse, inutile aussi de chercher sur Genève, personne ne les propose pour le moment ni ( Gestocigars, Davidoff, Tabac Rhein et Spring Cigare). J’estime cela hallucinant que cette marque soit introuvable dans cette grande ville, que ce soit la ligne ‘Colorado’ ou ‘oscuro’ ! Le plus proche de Genève pour se procurer les Casa Magna ‘Colorado’, la version la plus commune se trouve à Nyon (civette ‘La Couronne’ tenue par Alexis) et sur certains sites de vente en ligne Suisse.Pour ceux qui connaissent déjà cette marque et qui l’apprécie, voici leurs différences, l’un est un puro réalisé à partir de tabac du Nicaragua pour le ‘Colorado’ et pour l’autre un cigare fait d’une tripe unique du Honduras mais d’une sous- cape Honduras/ Nicaragua pour l’‘oscuro’. Des terroirs complètement différents, mais à la signature gustative très proche dont les saveurs restent tout de même étrangement analogues ! Rien à voir avec un puro du Honduras du type ( Maya de Selva, Flor de Copán ou Zino Platinum) pour ne pas les citer. Cette ligne ‘oscuro’ comprend 5 modules dont un (belicoso, Churchill Gordo, toro, robusto est un n°4) contre 11 modules pour la gamme ‘Colorado’.Pour cette dégustation, un format ‘toro’ me semblait approprié pour cette dégustation, un joli module un peu plus élancé qu’un robusto.

Visuellement rien à dire, la cape oscuro d’aspect huileux et satiné exalte des flagrances suaves et grasses, de chocolat noir et balsamique. Des senteurs gourmandes qui ne laissent pas insensibles, au bouquet intense et enivrant ! Au toucher, je l’écrase très facilement entre le pouce et l’index, un cigare très moelleux de la tête aux pieds doté d’un remplissage uniforme. Belle construction dans l’ensemble, mais beaucoup moins ferme que la ligne ‘colorado’, si vous les comparez.

La première salve que je reçois après trois bouffés n’est que réelle douceur ! Tout en onctuosité ainsi qu’une suavité à vous décrocher un aller simple pour ‘Cigarland’. Un léger sucré perceptible et éphémère vous emmène tranquillement sur des notes vanillées, de miel, de café moka, juste et contrebalancée par des notes plus animales, d’étable et de viande rôtie caramélisées. Des saveurs intelligemment sublimées, gourmandes et séduisantes dont mes papilles raffolent. Un démarrage tout en couleur associé à une puissance moyenne pour l’instant, offrant un rancio excellent. D’une belle persistance et d’une bonne consistance, ce duo voluptueux et équilibré gère une introduction surprenante. Conquis, j’espère que tout cela sera bien maîtrisé jusqu’au bout. Méfiance ! Quand c’est trop vite bon, en général le cigare s’épuise rapidement.

La seconde partie inébranlable prend le relai après juste 30 mm de fumage, celle-ci déborde d’une abondante richesse et d’une rondeur bien plus homogène maintenant qui s’ouvre vers une saveur bien singulière, celui d’un vieux souvenir, celui de la réglisse ! Étonnant comme ça remonte parfois à très loin. Souvenez- vous de ces petites boîtes en fer blanc marquées de ces 3 lettres grasses ‘ZAN’ ? Eh, bien c’est exactement ce goût si particulier qui ressort de cette seconde partie. Quoi de meilleur ? Qu’une saveur et un souvenir pour écrire une belle histoire.Mais tout doucement et avec regret le vent semble se lever, la puissance qui jusque-là jouait les seconds rôles, augmente pernicieusement, bousculant avec insolence les autres acteurs laissés de côté comme de simples figurants dans cette mise en scène à présent galvaudée ! Eh oui, cette entrée trop précoce, cette puissance soudaine anéantit mes espoirs, me laissant sur ma faim avec désenchantement. Vraiment dommage, car à mon avis cela risque de compromettre cette dégustation si bien entamée, surtout qu’il me reste environ un bon tiers à fumer, d’environ 30 bonnes minutes !

Comme je le craignais la suite, la 3e partie sans grand intérêt développe une force qui vous entraine inexorablement vers de profonds abîmes ! Cette nouvelle perception apporte en bouche une linéarité enivrante sur fond d’ammoniac très déplaisant. Difficile dans ces conditions de maintenir le cap !

Une dégustation que je préfère enterrer à contre cœur. Malgré tout, rien que pour ses 45 premières minutes magnifiques, je retenterai l’expérience avec un autre module, peut-être mieux équilibré comme un robuste par exemple. Ma note de coeur 15/20 est amplement méritée, même si ce final empoisonneur triomphe sur ce dernier chapitre.

 

  • Origine: tripe : Honduras, Sous-cape: Honduras/ Nicaragua, cape: Nicaragua
  • Format: Toro
  • Taille: 152 mm x 19 mm
  • Bague: 48
  • poids: 16,9 gr
  • Année: 
  • Prix Suisse: 8€

c1.jpg

c2.jpg

c3.jpg

Criant très mauvais/ de 1 à 4

Déçu sans intérêt/ de 5 à 8

Sourire bon/ de 9 à 12

Rigolant très bon/ de 13 à 16

Cool excellent/ de 17 à 20     

Les commentaires sont fermés.

Powered by WordPress.com. Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :