Partagas « Presidentes » perfecto

Le cigare cubain d’Irving Schott inventeur du blouson ‘Perfecto’ en 1928, clin d’œil éponyme au module Perfecto ( un format très répandu à cette époque) qu’Irvin arborait fièrement, sûrement comme accessoire fétiche pour négocier, discuter les coûts de production avec ses fournisseurs et revendeurs. Aujourd’hui 86 ans plus tard, rien n’a changé, enfin presque ! Le blouson ‘Perfecto’ existe toujours et fait toujours le bonheur de certain ‘jeuns’ désabusé et révolté ! Sans le savoir Irving a aussi inventé le ‘marketing social et intemporel’. Quant au cigare ‘Perfecto’, lui a perdu de son faste et de son engouement auprès des amateurs, bien malheureusement ! Quelques formats subsistent encore chez quelques marques dont le ‘Presidentes de chez Partagas’ dont je viens tout juste de déguster. Ce format atypique en forme d’obus et un peu ventru, synonyme d’une Amérique ostentatoire et impérialiste. Aujourd’hui détrôné par des formats comme le robusto.

 

Perfecto01.jpg 

 

Après cette petite anecdote, voici mon sentiment concernant ce ‘Presidentes’ ( mis en boîte en 2012), je précise ! Il se peut que cette année ne soit pas des plus flatteuses pour ce module. Son parfum boisé très léger contrebalance avec une odeur de poudre ( genre artifice, pétard…) dissimule parfaitement ses aspirations, difficile de savoir de quoi est fait l’animal . Au toucher, la fermeté risque de présenter une gageure pour la suite du fumage ! Je pense à une fâcheuse préservation de son habitat ou d’un défaut de roulage ( trop serré).

Le démarrage agréable suave et onctueux me fait penser au Siglo VI, mais la comparaison s’arrête vite là. De suite une certaine corpulence prend vite le relai, signifié par des arômes plus intenses, meuble verni, réglisse, poivre et café définissent d’emblée ce premier temps dans un bouquet que je trouve assez classique dans l’ensemble, analogue à une bonne cuisine de terroir. Une sensation réconfortante dotée d’une belle puissance mesurée. Le tirage par contre n’est pas très aisé, il faut redoubler d’efforts pour obtenir le bon volume de fumée, ce que je craignais un peu dès le départ. Je décide donc de couper un peu plus haut, au-dessus de la partie plus compacte et ferme de la tête, cela semble rectifier sensiblement la fluidité de la fumée et de résoudre ce problème.

   

À part, ces quelques déconvenues techniques, ce Perfecto trace sa route, onctueuse et intense avec une amélioration de sa rondeur, celle- ci accompagnée d’une longueur copieuse et rassasiante illustrée par des notes de noisette torréfiée, de café et d’épices. Des accords simples et persistants, fredonnant une mélodie efficace et enivrante.

Le 3e temps, offre sans surprise une perception toujours plus riche et puissante. Surfant sur des saveurs lourdes et empyreumatiques. Un final ordinaire sans grande surprise, déséquilibré par une puissance écrasante, suscitant beaucoup d’amertume dans les 15 dernières minutes.

Ma note de cœur 13/20, pour un bon cigare qui manque de subtilité et de finesse à mon goût. ‘Un véritable cigare de motard en perfecto !’ je sais, le jeu de mots était trop tentant, trop facile…

 

  • Origine: tripe: Cubaine, sous-cape: Cubaine, cape: Cubaine 
  • Format: perfecto
  • Année: 2012
  • Taille: 158mm x 18.6mm
  • Bague: 47
  • Poids: 13.9gr
  • Prix Suisse: 7,5€ 

perfecto1_redimensionner.jpg

perfecto2_redimensionner.jpg

Criant très mauvais/ de 1 à 4

Déçu sans intérêt/ de 5 à 8

Sourire bon/ de 9 à 12

Rigolant très bon/ de 13 à 16

Cool excellent/ de 17 à 20                   

4 commentaires sur “Partagas « Presidentes » perfecto

  1. Je suis motard et cela m’a bien fait rire.Jeu de mot trop facile en effet.
    Pour revenir un peu plus sérieusement sur le sujet, c’est étonnant comme un cigare peut changer d’une année sur l’autre ou alors c’est ce cigare qui était bon sans plus et peut être qu’un autre sera meilleur.
    Le facteur chance n’est pas à négliger lors d’une dégustation!!

  2. Après quelques recherches, les problèmes de construction de ce cigare sont récurrents, pour ce qui est du goût ça se discute ! Une dégustation reste toutefois très personnel et suggestif, je respecte ceux dont l’avis est contraire au mien ! Pour moi, celui-ci manque cruellement de richesse aromatique.

  3. Loin de moi l’idée de remettre en cause une dégustation, c’est tellement personnel que cela n’aurait aucun sens.
    Par contre les années se suivent et ne se ressemblent pas au niveau goût mais c’est quand même moins prononcé que pour le vin.
    Il fait beau et la moto est de sortie, mais sans cigare « sniff »……

Les commentaires sont fermés.

Powered by WordPress.com. par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :