Double Edmundo Montecristo

Normal
0

21

false
false
false

FR
X-NONE
X-NONE

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-priority:99;
mso-style-qformat:yes;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin:0cm;
mso-para-margin-bottom:.0001pt;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:11.0pt;
font-family: »Calibri », »sans-serif »;
mso-ascii-font-family:Calibri;
mso-ascii-theme-font:minor-latin;
mso-fareast-font-family: »Times New Roman »;
mso-fareast-theme-font:minor-fareast;
mso-hansi-font-family:Calibri;
mso-hansi-theme-font:minor-latin;
mso-bidi-font-family: »Times New Roman »;
mso-bidi-theme-font:minor-bidi;}

Lors de mes petites escapades professionnelles au Portugal, je profite toujours d’allier l’utile à l’agréable, en profitant si le temps me le permet de visiter les civettes des environs. C’est chose faite avec un passage obligé à la Casa Havaneza de Porto, sorte de franchise exclusif à ce pays, ainsi sur les conseils avisés du taulier, un Portugais francophone, très sympathique de surcroit ! Mon achat se porte sur ce double Edmundo de chez Montecristo, un cigare vendu uniquement en boîte de 3, 10 et 25. Au Portugal contrairement à la France, la Suisse ou la Belgique les cigares ne se vendent pas à la pièce, hormis ceux proposés en tube aluminium. Malheureusement le choix devient vite très limité ! Impossible dans ce cas espérait fumer un Behike lors de votre passage au Portugal sans être obligé de vous procurer une boîte de 25. Je suis passé avec regret à côté du « Descobridores » de Punch Punch une belle édition régionale du Portugal vendu en boite de 10 ! snif !

Ce double Edmundo, ainsi que son petit frère le petit n°2 sorti en 2013, nous dévoilent aujourd’hui leur nouvelle et unique « alliance » tant attendu ! Cette nouvelle bague conserve les mêmes codes couleurs, mais vient s’agrémenter d’une fine dorure appliquée sur ses nouveaux reliefs à l’emporte-pièce. Une transition que je trouve très élégante et noble. Rien d’ostentatoire, ni ‘m’as-tu vu !’ ni baroque et outragent, celle-ci au contraire redonne au marasme de l’ancienne, une seconde jeunesse de distinction qui semblait cruellement lui manquer.

Ce « double Edmundo » rejoint cette longue liste des robusto extra, un format toujours plus apprécié par de nombreux amateurs d’aujourd’hui pour leur qualité aromatique, un succès qui ne se dément pas avec ce nouveau Montecristo.

D’entrée celui-ci déploie ses meilleurs atouts, éffluves subtils de cuir, de chocolat et de boisé, à cru la perception plus piquante présage une cuisine roborative et réconfortante.

Dès l’allumage, une belle suavité contrebalance avec acidité, elle synchronise à merveille ses notes de noisettes fraîches, de foin humide, d’agrume et de poivre blanc. Ce bouquet associé à une force relativement légère révèle un rancio plutôt bien équilibré. Après 20 minutes, les arômes s’arrondissent avec brio sans pour autant céder à la platitude et l’ennui.

Doté d’un assaisonnement persistant, le poivre se distingue dans ce premier opus comme la fleur de sel exhausse le parfum d’une crème caramel !

En 2e partie, les arômes devenus plus présents, s’uniformisent pour laisser place à des saveurs plus forestières, de bois verni, de badiane et de clou de girofle. S’ensuit une puissance légère en augmentation ou richesse aromatique rythme avec désinvolture ou perception rythme avec harmonie. Un cigare tout en paradoxe, dont l’opposition de ses notes composent ensemble une musique toute en nuances, d’un côté cette petite astringence et de l’autre ce côté débonnaire et douceâtre…

Pour conclure, le final garantit un fumage pondéré, sans trop d’amertume déplaisante. Laissant le soin au dégustateur de puiser jusqu’à la dernière salve de fumé bleu, sans fomenter un rictus amer.

Un 3e temps goûteux sans grande surprise aromatique, ou d’emblée le torréfié marquent de son empreinte ces derniers instants de fumage.

Dans sa globalité, ce double Edmundo a réussi à me convaincre, toujours fidèle aux saveurs bien distinctes des « Montecristo », si vous appréciez cette marque, vous y trouverez votre compte. Un bon cigare à découvrir, ma note de cœur 14/20.

  • Origine:tripe: Cubaine, sous-cape: Cubaine, cape: Cubaine
  • Format: robusto extra
  • Taille: 155mm x 19.6mm
  • Bague: 50
  • année : 2013
  • Poids : 13,4 gr
  • Prix Portugal : 15€ ( Casa Havaneza )
  • Prix Suisse : 11,5€

mtc.jpg

mtc2.jpg

Criant très mauvais/ de 1 à 4

Déçu sans intérêt/ de 5 à 8

Sourire bon/ de 9 à 12

Rigolant très bon/ de 13 à 16

Cool excellent/ de 17 à 20

Langue tirée extase

Les commentaires sont fermés.

Powered by WordPress.com. par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :