Bolivar Coronas Gigantes « 2008 »

72
544×376

Normal
0

21

false
false
false

FR
X-NONE
X-NONE

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-priority:99;
mso-style-qformat:yes;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin:0cm;
mso-para-margin-bottom:.0001pt;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:11.0pt;
font-family: »Calibri », »sans-serif »;
mso-ascii-font-family:Calibri;
mso-ascii-theme-font:minor-latin;
mso-fareast-font-family: »Times New Roman »;
mso-fareast-theme-font:minor-fareast;
mso-hansi-font-family:Calibri;
mso-hansi-theme-font:minor-latin;
mso-bidi-font-family: »Times New Roman »;
mso-bidi-theme-font:minor-bidi;}

Que penser de ce Gigantes de 2008 . Est-ce que ce cigare est forcément meilleur 4 ans plus tard, voire plus ? Une question que beaucoup d’amateurs se posent un jour ou l’autre. Quel cigare peut prétendre à un long ou moyen repos sans risquer de les retrouver un jour vidé de toute essence aromatique. Aucun ne peut effectivement le prédire, car l’alchimie qui s’opère dans un cigare est une science difficile à maîtriser, trop de paramètres ( qualité intrinsèque des feuilles de tabac, séchage des feuilles, fermentations, conservation, etc)) peuvent anoblir ou ruiner un cigare après 5 ans, 10 ans de conservation ! Sachez aussi que le processus de vieillissement en boîte ne sera plus comparable à celui-ci s’opérant dans les différents process dans les fabriques de cigare. Les seuls à pouvoir revendiquer un repos salvateur seront ceux vendus en cabinet ( boîte de 50 cigares essentiellement ) pour les puristes. La synergie entre eux sera plus optimale et positive qu’un seul cigare entreposé parmi d’autres modules différents.

Sachez qu’un cigare est une véritable éponge, absorbant toutes les odeurs des cigares environnants que vous entreposez dans votre cave. Il est toujours conseillé de les isoler par module et marque afin de garantir un meilleur affinage.Je sais, pas toujours évident en pratique !

En vieillissant, un cigare aura tendance à s’arrondir et s »harmoniser pour donner naissance à des dégustations plus subtiles. La règle serait d’opter pour celui dont la richesse et la force, atteint un seuil supérieur à la moyenne en matière d’arôme/ puissance. Un cigare trop léger supportera difficilement le cap des 3 ans, sans perdre tout intérêt gustatif. Mais cette équation ne peut être malheureusement garantie ! Il reste toujours des inconnus dans cette opération, une part de mystère et de magie que nos précieuses vitoles se garderont de nous livrer.

Mais revenons à ce Bolivar, couronné dernièrement de ses 5 bagues dans son ‘éditions 2013’ par l’ADC.

Dès les préliminaires, l’approche olfactive développe habilement une palette riche, de cuir, de café, de chocolat ainsi que d’accents butyriques de beurre rance, des odeurs qui transpirent ostensiblement de ce corps ferme et osseux. La cape Colorado/ Maduro exsude un petit goût de sel comme le ferait votre peau après une sortie en mer, une très belle entrée en matière pour ce Bolivar ! Dès la mise en bouche, les premières bouffées déroulent un tapis soyeux de saveurs onctueuses et évolutives ou la terre, les fruits secs, la crème, et cette touche de poivre vert bien présente dans ce préambule donne à ce Bolivar une touche tonique en bouche bien singulière !

Après seulement une petite demi- heure, c’est une envolée et une véritable explosion de saveur, plus ronde les unes que les autres, ainsi qu’une longueur qui se prolonge avec plaisir jusqu’au seuil de la perception. Un démarrage roboratif surprenant et sans réserve qui me laisse tout de même inquiet, soit cette histoire risque de devenir mémorable ou insignifiante !

Mais des signes m’annoncent déjà la couleur des prochaines volutes, ce Gigantes passe subitement de l’onctuosité à une sécheresse étonnante dès le 2e temps ! Un désert où il sera difficile d’y trouver une oasis ou d’y creuser un puits. Avec regret la suite devient plus linéaire et plus gouleyante, surfant maintenant sur des notes empyreumatiques en demi- teinte et peu convaincante. Ce cigare semble épuisé, essoufflé, vidé de toute sa quintessence. Rien de très mauvais, mais rien de très bon, je dirai ennuyeux sur la fin de ce 2ème chapitre, ainsi qu’un dénouement sans réel plaisir au final léger et plus puissant, sans âcreté, sans piquant, mais insipide et fade pour ma part ! Il me manque l’essentiel, du goût ! Certains y trouveront peut-être le signe d’un excellent cigare si le but recherché est effectivement ce genre de conclusion.

Ma note de cœur 14/20, pour un très bon cigare concentré sur ses 35 premières minutes.

Malheureusement, en 2008 je n’ai pas fumé ce cigare. Est-ce que cette édition aurait su me séduire à l’époque ? Je ne saurai le dire.

  • Origine:tripe: Cubaine, sous-cape: Cubaine, cape: Cubaine
  • Format: churchill
  • Taille: 178mm x 18,6mm
  • Bague: 47
  • année : AGO 2008
  • Poids : 13,8 gr
  • Prix Suisse: 10,2€ ( Gestocigars )

 

b1.jpg

Accompagné d’un rhum Cubain de Mulata 15 ans.

B2.jpg

 

Criant très mauvais/ de 1 à 4

Déçu sans intérêt/ de 5 à 8

Sourire bon/ de 9 à 12

Rigolant très bon/ de 13 à 16

Cool excellent/ de 17 à 20

Langue tirée extase

5 commentaires sur “Bolivar Coronas Gigantes « 2008 »

  1. Ce churchill rustique est apte à vieillir. Min Ron Nee recommande 4 ans minimum. Ceux que j’ai fumés (5 ans) étaient excellents, pareils aux 35 premières minutes du tien mais d’un bout à l’autre. Belle rondeur/longueur, équilibre, puissance retenue, final corsé.
    Côté conservation, je laisse les cigares dans leurs boîtes d’origine ou les mets dans des boîtes vides par marques et/ou terroirs et les entrepose ainsi dans un grand « tupperdor » (avec hygromètre et humidificateur adéquats) que j’aère régulièrement (oxygène indispensable au bon vieillissement). Mystère et magie font le reste…

  2. Il existe les jarres en céramique « Havana Club » pouvant contenir 25 cigares.
    Oui, Edmond, j’avais fumé des 2008, 3 pièces sur 5 achetées en 2011, extraites d’une boîte de 25 et dégustées courant 2012. J’en garde 2 que je souhaite faire vieillir une paire d’années au moins car les Bolivar se bonifient en prenant de la bouteille !
    J’ai récemment goûté au Petit Bélicosos EL 2009. Pas mal du tout mais je vais les laisser mûrir encore…

  3. Voici un cigare que j’ai eu l’occasion de déguster il y a quelques jours, production de 2014 je précise.
    Que dire si ce n’est que je rejoins ton analyse: un départ prometteur pour un final décevant…..
    Comme tu l’as bien fait remarquer, « l’ennui » pointe le bout de son nez à partir du deuxième tiers et ne laisse pas de place à autre chose par la suite.
    Dommage car ce module est magnifiquement bien construit (quoique le mien avait un tirage assez difficile) et agréable à l’œil…..

Les commentaires sont fermés.

Powered by WordPress.com. Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :