Le cigare du débutant !!

Beaucoup d’articles traitent de ce sujet, existe-t-il vraiment un tel cigare ? Et comment le définir ? À quoi ressemble-t-il ? Beaucoup apportent de l’oxygène à leur vitole, en vous citant une liste de cigares parfois longue comme mon bras gauche. Chacun veut aider de sa propre expérience, comme moi d’ailleurs et hop ! un de plus. Je vous présente en quelques lignes mon sentiment : ce que j’appellerais par définition le ‘cigare du débutant’.

L’essentiel, c’est d’orienter votre choix en fonction du temps qu’il est nécessaire pour le déguster ! Un cigare d’un format de 10 à 15 cm se déguste en moyenne entre 40 minutes et 1h30 pour le genre robusto par exemple. Restez là assis seul tout ce temps, n’est pas donné à tout le monde !

Nous sommes tous différents, avec des tempéraments, des caractères qui diffèrent d’un individu à l’autre. Les anxieux, les dépressifs, les obsessionnels, les borderlines, les narcissiques, les paranoïaques, etc… aborderont ce moment avec leur sensibilité, leur vécu. J’avouerai que pour certains, c’est peine perdu ! Inutile de croire au miracle, le cigare n’est pas fait pour vous. Fumer un cigare, c’est avant tout l’apprentissage du temps, ce rapport à ces secondes, ces minutes, ces heures qui nous échappent.

Personne à ce jour n’a pu apprivoiser cet espace, sauf peut-être le fumeur de cigare auquel ses nombreuses heures de fumage lui ont permis une certaine réflexion sur le monde qui l’entoure. Et pourquoi pas une certaine forme de sagesse ? Une formule d’un grand sage ’Zino Davidoff’ qui démontre bien cette communion: « Il y a dans les gestes lents, dignes, mesurés du fumeur de cigare une cérémonie qui permet de retrouver des rythmes oubliés et de rétablir une communication avec soi-même. » Je suis d’accord avec vous, c’est quelque peu « Je me la pète graveeeeeee. » Mais j’aime assez l’idée. 

Ne sommes-nous pas les dignes héritiers des prêtres Inca, des sorciers Maya ou autres divinateurs aux pouvoirs prophétiques, tous tiraient assidûment du bâton. Mais restons dans ce monde rationnel qui nous guide tous les jours. Nul besoin de chercher d’autres mondes ténébreux à explorer, le nôtre est suffisamment perfide à mon goût.         

Pour certains se poser 1 heure sans s’occuper, devient inévitablement ennuyeux, insupportable au bout de 20 minutes. Est-ce de la culpabilité ? ou la peur d’être face à ses doutes ? Pour éviter cet état de conscience ou autres idées dépressives,  loin de réveiller en vous vos vieux démons.

Prenez un joker, « faîtes appel à un ami » la première fois, et si vous ne connaissez pas d’ami ! eh, bien…cherchez sur les réseaux sociaux.

Apprenez aussi à dire non ! à tous ceux qui s’agitent autour de vous qui vous rappelle sans cesse votre paresse du moment ! Dieux un fumeur de Havane, foutaise…!! Les 7 péchés capitaux, vous connaissez ? c’est bien de lui ce truc : L’orgueil, l’avarice, l’envie, la colère, la luxure, la ‘gourmandise’, la ‘paresse’. Eh, oui ! nous ne voilons pas la face, le fumeur de cigare aime l’inaction dans l’avidité, une oisiveté juste et programmée, nuance !! Le repos du guerrier en somme, c’est bien ça. Après le bain des mouflets, les couches, la vaisselle, les biberons, la bouffe. Y a pas mieux comme guerre des tranchées pour mériter son corona, robusto ou autres formats !

Voici un conseil d’amateur, ben quoi ? je peux, c’est mon blog ! Choisissez un gabarit aux dimensions raisonnable, même si les gros cigares vous attirent, pourquoi me direz-vous ? J’en sais foutre rien, cherchez dans le manuel du genre Humanoïde à la lettre G, grosse bagnole, grosse bécane, grosse bouffe, grande maison, grande gueule, gros c…, gros cigare, grand sensible, etc, etc… et grande intelligence bien sûr ! Les mecs, nous aimons les trucs grand et gros, faut pas chercher c’est comme ça !

Un cigare, heu… oui, je disais qui n’excède pas une longueur de 10 cm et un diamètre de 2 cm, ce type de cigare procure environ 45 minutes de fumage, idéal pour faire le grand saut. Vous trouverez un panel de très bonnes choses dans ses tailles ( du short/ half/ petit robusto au petit corona ) aux saveurs très diversifiées qui vous permettrons par la suite de mieux appréhender les formats les plus longs de 15 à 19 cm de 1hs30 à 2 h, voire 3hs pour un Montecristo A. Envie qui viendra très rapidement en fonction de votre soif de découverte. Un petit corona comme un Por Larranaga, un module facile pour apprendre, et très sympa à fumer. Même si on vous conseille un très bon cigare pour démarrer votre initiation avec un robusto extra du type ‘Épicure Especial de chez Hoyo de Monterey’ pour ne pas le citer. Patientez un peu ! Vous risqueriez de trouver le temps long. De plus je doute qu’il soit apprécié à sa juste valeur, éviter de gâcher un bon Havane sur une première cartouche. Imaginez, un buveur de soda en tout genre comprendre et apprécier un grand cru classé dès son premier verre de vin.

Apprécier un cigare demande de la méthode qui s’acquière au fil des dégustations, vous comprendrez l’harmonie de certains, et la dissonance pour d’autres en fumant des choses très différentes, multipliez vos dégustations afin d’aiguiser votre palais et votre nez. Aujourd’hui, les plus beaux terroirs s’offrent à nous, pour notre plus grand plaisir, Cuba, Nicaragua, Honduras,République Dominicaine pour les plus accessibles et d’autres un peu moins comme la Colombie, la Jamaïque, les Canaries, le Costa Rica. Un vaste terrain de jeux d’expérimentations pour les plus assidus et les chineurs de bonnes vitoles.

Faîtes-vous plaisir ! c’est l’essentiel. « Le temps révèle toute chose » de Tertullien.

Ce texte d’un ‘Gros donneur de leçon’ est de moi…!

374306_282771915192811_73980291_n.jpg


 

 

4 commentaires sur “Le cigare du débutant !!

  1. Bonjour.
    Pour ma part, je ne suis pas un gros fumeur, mais je pense que commencer par un cigare vraiment pas mal est pas si inutile que ça.
    Car si, sur le moment, on ne peut l’apprécier à ça juste valeur, en y revenant ça fera ressortir les souvenirs de cette 1ère fois, ce qui peut enrichir encore plus le moment. Enfin c’est ce qui est arrivé avec moi.
    Bon continuation !
    Arnaud

  2. Salut ! Je dois faire parti de ceux que tu sites au début et j’ai très rapidement fait le même genre d’article sur mon blog. Pour ma part j’aurais aimé trouver ce type de guide pour me lancer dans l’aventure, c’est en grande partie pour cela que j’ai créé mon blog. Les petits formats sont idéaux pour commencer mais il faut je pense choisir un cigare suffisamment goûteux pour ne pas passer à côté du plaisir de la dégustation. Le temps , la curiosité et l’envie feront le reste ! Merci à toi de nous donner ton avis sur la question.

  3. En effet, la notion de plaisir est toujours présente à mon esprit !
    Un cigare de taille moyenne et agréable c’est l’idéal compromis.
    Avant de fumer mon premier Cohiba, j’ai bien fumé avant environ 50 cigares de différents terroirs !! La peur, sûrement de passer à côté d’un excellent cigare. Après chacun à son approche personnel et les erreurs nous font progresser bien évidemment.

  4. Bonjour à vous,
    Je viens de découvrir cet article. Je fais probablement partie des chanceuse. Mon premier cigare, je n’avais personne pour m’initier et, dont malheureusement, je ne me souviens pas le nom, mais l’origine, était un dominicain, robusto, m’a laissé un souvenir inoubliable. Le côté finement fleuri/fruité, avec un léger poivré/épicé sur sa fin, régulier sur sa longueur, facile à fumer, ce qui ne lui laissait pas forcément une longue cendre a été m’a première authentique et magnifique découverte avec le monde du cigare. Les connaisseurs/amateurs de cigare me dise toujours que c’est un cigare de femme. Fort juste. Mais quel bon souvenir. Et depuis, je suis tranquillement montée en puissance, mais reste fidèle au robusto. J’ai initié des personnes aux cigares, sans chercher LE cigare. Tout simplement en cherchant à connaître leurs goûts pour les vins, whisky, cognac, armagnac et autres divinités, ainsi que leur passé. Le caractère d’une personne et ses goûts, m’est avis, définisse aussi le choix d’un premier cigare. A éviter, le Villiger ou le Toscan. Ceci est un avis très personnel. Et il est vrai, Edmond, qu’au début on a envie de les goûter tous à la fois pour se convaincre qu’il y en a qu’un… Mais avant tout, se laisser bercer, par les odeurs et dans les saveurs c’est magic et passionnel. Ensuite savourer encore le goût sur les lèvre et l’odeur du tabac sur les doigts ….

Les commentaires sont fermés.

Powered by WordPress.com. par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :