Cohiba Robusto

Cohiba et bière, une alliance magique où les saveurs boisées et butyriques du cigare se mêlent à merveille à la suavité de cette bière blonde aromatisée à la liqueur de miel. Une bière brassée en Savoie à la brasserie des cimes. La Mousse d’Aix-les-Bains.

Dès les premières bouffées, la douceur et l’onctuosité tapissent votre palais d’un substrat gras ensemencé de note de chocolat/ moka, d’épices et de bois précieux. Cette opulence de saveur s’accompagne d’une persistance harmonieuse et plaisante.

Dans un deuxième temps, l’alliance cigare/ bière ne fait plus qu’un. Le cigare perd peu à peu de sa rondeur, et se veut plus astringent, en rejoignant les tanins, le houblon de la bière. Surfant avec brio sur des notes de noisette fraîche, de foin et de terre. Une belle évolution et une cohésion intéressante entre cigare et bière qui démontre tout son intérêt, moins capiteuse comme pourrait le faire un alcool trop fort, trop offensif qui détruirait les molécules subtiles de ses huiles et résine. Ici, la bière lui donne un second souffle, qui s’enrichit sans détruire sa propre sapidité. L’alliance moins agressive devient une évidence, une fusion angélique.

Choisissez de préférence une bière riche et onctueuse avec un cigare rond et voluptueux ! Par exemple une Guinness fusionnera à merveille avec un Padron ou un Casa Magna, le mariage se verra moins évident avec la douceur d’un Hoyo. Certains préféreront l’antagonisme des saveurs, à condition que la musique soit jouée sans fausses notes ! Une bière très amère avec un cigare très acide ne produira qu’une vilaine grimace !

 Comme ici dans ce dernier tempo, où l’onctuosité revient modestement et finit par reprendre ses droits définitivement, appuyé et secondé par une belle puissance, bien réglé et équilibré. Ce robusto s’enrichit avec plus de corps, sur des notes plus riches, de café, cacao et brioché, mais justement contre balancé par le miel de la bière, apaisant ce final avec bonheur.  ( voici une divergence complémentaire, sucré et amertume )

Ma note de cœur 15/20.Rigolant

  • Origine: tripe: Cubaine, sous-cape: Cubaine, cape: Cubaine
  • Format: robusto
  • Taille: 124mm x 20
  • Bague: 50

cohiba robusto

cohiba robusto

cohiba robusto

Criant très mauvais/ de 1 à 4

Déçu sans intérêt/ de 5 à 8

Sourire bon/ de 9 à 12

Rigolant très bon/ de 13 à 16

Cool excellent/ de 17 à 20

Un commentaire sur “Cohiba Robusto

  1. Je trouve que c’est la Rolls des cigare, ce Robusto, un vrai grand et bon moment de plaisir. Bon, il est encore un peu en dessous des musts comme un Sir Winston ou un Magnum 50 (désolé, mes préférés), mais on passe qu’en même un très très bon moment. Cependant, s’il faut citer un défaut à ce module, ce dernier est propre à la marque Cohiba, c’est son prix. Un robusto de cette qualité mérite certes un prix supérieur à celui des autres, je le reconnais, mais franchement là, c’est qu’en même franchement abuser. Il tourne à presque 20€ (je ne me souviens plus du prix, pardon) et ça, c’est malheureusement rédibitoire pour moi, il est tout simplement TROP CHER ! Snif, il faudra attendre de passer dans un Duty Free ou un anniversaire ou Noel pour éventuellement espérer en voir de nouveaux trôner dans ma cave…
    Tant pis, je prendrais mon mal en patience.
    Par contre, l’alliance avec la bière est étonnante, je suis content de voir qu’elle fonctionne bien. Moi, je te propose le Rhum vénézuélien « Diplomatoc » (désolé, pas d’info sur le prix). Légèrement sucré, quelques touches discrètes de vanille et de cannelle, pas mal du tout avec ce joli robusto…Ou un Jura de 16 ans d’age, si tu arrives à en trouver…Ou soyons fou, un Glenlivet 18 ans d’âge, ça peut le faire aussi !

Les commentaires sont fermés.

Powered by WordPress.com. Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :